Moins gourmand en énergie et moins cher à entretenir, la SNCF va commander son "TGV du futur" à Alstom

Le logo de la SNCF, le 19 avril 2018. 
Le logo de la SNCF, le 19 avril 2018.  (LIONEL BONAVENTURE / AFP)

La SNCF doit officialiser une importante commande jeudi. Une centaine de rames doivent être achetées. 

Grosse commande en vue pour Alstom. La SNCF doit annoncer jeudi 26 juillet l'achat de 100 rames de son "TGV du futur". Ce contrat est estimé à 2,5 milliards d'euros. Il devrait permettre de fournir du travail à plusieurs sites français d'Alstom. Les futures rames devraient a priori être construites à La Rochelle, Belfort et au Creusot. 

Un train moins cher 

Le "TGV du futur" devrait être plus grand. Il acceuillera 700 places, contre 500 pour les trains actuels. Il devrait être moins gourmand en énergie, de l'ordre de 20%, et moins cher à entretenir, là encore d'environ 20%. À l'achat également, la facture sera moins élevée : le prix de la rame devrait atteindre 25 millions d'euros contre un peu plus de 30 millions aujourd'hui. 

Premières livraisons en 2023, design encore inconnu 

La SNCF a d'ailleurs directement participé à sa conception depuis septembre 2016, aux côtés des équipes d'Alstom. L'entreprise ferroviaire aurait insisté afin de rendre les rames beaucoup plus accessibles aux personnes à mobilité réduite, avec par exemple l'installation d'ascenseurs pour passer d'un étage à l'autre.

Les premiers "TGV du futur" devraient arriver sur les rails à partir de 2023 pour un déploiement progressif sur l'ensemble du réseau, à part sur la façade Atlantique. Et si l'on sait que les motrices auront un nez plus effilé, la SNCF garde encore le secret autour du désign intérieur, tout en promettant une vraie rupture avec ce qui s'est fait jusqu'ici.

Vous êtes à nouveau en ligne