Marseille : six questions sur le déraillement d'un TGV qui perturbe le trafic SNCF

Le TGV Paris-Marseille a déraillé vendredi 24 août 2018 vers 18 heures alors qu\'il entrait dans la gare Saint-Charles.
Le TGV Paris-Marseille a déraillé vendredi 24 août 2018 vers 18 heures alors qu'il entrait dans la gare Saint-Charles. (VAL?RIE VREL / MAXPPP)

Il faudra attendre vendredi 31 août pour un retour à la normale du trafic des TER. Les TGV, Intercités et Ouigo circulent normalement. 

Le trafic au départ et à l'arrivée de la gare de Marseille Saint-Charles restera perturbé plusieurs jours après le déraillement, vendredi 24 août, d'un TGV en provenance de Paris.

Si les TGV, Intercités et Ouigo roulent normalement, les TER sont plus touchés par les perturbations : "On a un trafic adapté avec un TER sur 2 entre Marseille et Aubagne et un bus sur Marseille et Aix toutes les 30 minutes" a déclaré Olivier Bancel, directeur des opérations et de la production chez SNCF Réseau.

 Franceinfo fait un point sur la situation dans la gare marseillaise, alors que 100 000 personnes y sont attendues ce week-end. 

Que s'est-il passé ? 

Vendredi en fin d'après-midi, le TGV 6045, parti de Paris à 14h37, a déraillé alors qu'il entrait à la gare Saint-Charles de Marseille, peu avant 18 heures. Au moment où il est sorti de sa voie, le train roulait à 27 km/h. "La première partie du train était en train de rentrer à quai quand la seconde partie du train est sortie de la voie, pour des raisons encore inconnues", a précisé le directeur régional de la SNCF en Provence-Alpes-Côte d'Azur (Paca), Jean-Aimé Mougenot. "Au total, ce sont les sept dernières voitures du train et la motrice de queue qui ont quitté la voie", a-t-il ajouté.

Aucun blessé n'est à déplorer parmi les 350 voyageurs, ni parmi les agents à bord. Hugo Florent, l'un des passagers du train, a raconté la scène à franceinfo : les secousses "étaient d'abord très légères, elles nous paraissaient plus ou moins normales, puis les secousses se sont intensifiées progressivement". Le passager précise que les voyageurs ont été évacués dans le quart d'heure. 

Quelles sont les causes de ce déraillement ? 

On ne sait pas encore pourquoi le TGV est sorti de la voie. "Deux enquêtes sont en cours, une enquête interne et une enquête judiciaire, mais nous n'avons pas d'éléments à ce stade" a indiqué Jean-Aimé Mougenot. "Les experts sont sur place et des relevés sont en cours", a expliqué Jean-François Trestard, directeur de la communication de SNCF en région PACA, à franceinfo. Selon la SNCF, qui indique que les opérations de relevage des voitures devraient être terminées dimanche, il ne faut pas tirer de conclusions hâtives. 

Quelles sont les perturbations en cours ? 

Le trafic des TGV, Intercités et Ouigo est normal depuis samedi 25 août, à l'arrivée et au départ de la gare Saint-Charles de Marseille. 

Pour les TER de la région Provences-Alpes-Côte d'Azur, les fréquences sont en revanche plus réduites. Un TER sur 2 circule entre Marseille et Aubagne et 1 bus toutes les 30 minutes assure la correspondance entre Marseille et Aix-en-Provence.  

Combien de temps vont-elles durer ? 

Le trafic restera perturbé jusqu'au vendredi 31 août selon un communiqué de la compagnie ferroviaire. "Une opération de relevage, visant à remettre le TGV dans l'axe de la voie, a commencé vers 4h ce samedi et se poursuivra au-delà du week-end" est-il précisé. 

Le plan de transport pour la semaine du 27 août sera communiqué par la SNCF dimanche 26 août à 17h. 

Des dédommagements sont-ils prévus pour les voyageurs ? 

Pour samedi, la SNCF invite les voyageurs, dans la mesure du possible, à reporter leurs déplacements. Ils peuvent, sans frais, modifier leur billet ou se faire rembourser en se rendant en gare ou en ligne: www.g30.sncf.com. Au total, 350 agents SNCF sont mobilisés pour informer et orienter les voyageurs dans les différentes gares concernées ainsi que sur le chantier de relevage du TGV. 

L'accident a touché 15 000 voyageurs vendredi alors que 100 000 sont encore attendus ce week-end à la gare Saint-Charles. 

Y avait-il déjà eu des précédents ? 

Le seul déraillement mortel d'un TGV remonte au 14 novembre 2015, quand un train entre Paris et Strasbourg était sorti de sa voie, à une vingtaine de kilomètres au nord de la capitale alsacienne. La rame d'essai avait percuté un pont à 243 km/h puis chuté de la ligne, faisant onze morts. 

Le dernier déraillement d'un train sur le réseau français a eu lieu le 12 juin dernier, quand plusieurs voitures du RER B se sont couchées entre Saint-Rémy-lès-Chevreuse (Yvelines) et Courcelle-sur-Yvette (Essonne), faisant sept blessés légers. Le ballast s'était effondré après plusieurs jours de fortes pluies. 

Vous êtes à nouveau en ligne