La SNCF augmente les prix de ses billets TGV vers Bordeaux et Rennes

Une rame des futurs TGV Océane arrive à Bordeaux (Gironde), à l\'occasion de son inauguration, le 11 décembre 2016.
Une rame des futurs TGV Océane arrive à Bordeaux (Gironde), à l'occasion de son inauguration, le 11 décembre 2016. (MEHDI FEDOUACH / AFP)

Cette hausse est due à l'ouverture de deux lignes à grande vitesse. Les voyageurs gagneront entre 40 minutes et 1h10 (mais ils payeront plus cher).

Filer vers l'ouest va bientôt vous coûter plus cher. A deux jours de l'ouverture des ventes de billets de train pour l'été, la SNCF a annoncé, lundi 13 mars, que l'ouverture prochaine de deux nouvelles lignes à grande vitesse vers la côte Atlantique provoquerait une hausse des tarifs sur ces axes.

"On a réussi à limiter l'augmentation moyenne du prix à 10 euros entre Paris et Bordeaux et à 6 euros entre Paris et Rennes", a indiqué la directrice générale de Voyages SNCF, Rachel Picard, soulignant que "l'évolution des prix sera toujours inférieure au gain de temps". A partir du 2 juillet, les lignes TGV iront de Paris jusqu'à Rennes en 1h25 (contre 2h04 actuellement) et jusqu'à Bordeaux en 2h04 (contre 3h14).

Concurrencer l'avion et les bus

La SNCF vise "4 millions de voyageurs supplémentaires" en 2019 : 2,4 millions sur l'axe Paris-Bordeaux et 1,6 million sur Paris-Rennes. Pour remplir ses trains, la compagnie compte proposer des tarifs plus attractifs, en multipliant ses "petits prix", répondant ainsi à la concurrence du covoiturage et des cars Macron. Deux des allers-retours quotidiens vers Bordeaux relèveront de l'offre à bas coût Ouigo.

La SNCF souhaite également ravir des passagers à l'avion, particulièrement vers Bordeaux, où l'objectif est de ravir "100% de la clientèle aérienne". Pour attirer une clientèle professionnelle, la SNCF promet un service "aux petits oignons" : wifi à bord, files d'embarquement dédiées, ou encore salons grand voyageur rénovés.

Avec les nouvelles LGV, il y aura environ 33 allers-retours quotidiens entre l'Ile-de-France et Bordeaux, dont 18 directs, et environ 29 vers Rennes, dont 12 directs. Sur l'axe Paris-Bordeaux, 55 nouvelles rames seront mises en circulation d'ici 2020, pour un investissement total de 1,5 milliard d'euros.

Vous êtes à nouveau en ligne