Intercités : les régions vont devoir mettre la main à la poche

FRANCE 3

L'État ne va plus financer les lignes déficitaires qui desservent les régions qui n'ont pas le TGV. Les régions vont devoir mettre la main à la poche si elles veulent les garder.

Ils sont 320 à circuler chaque jour en France. Ces trains Intercités vont bientôt être modernisés sur quatre grandes lignes du réseau, comme Paris-Toulouse, Bordeaux-Marseille, ou Paris-Caen-Cherbourg. Le réseau Intercités en France, c'est 35 lignes empruntées chaque jour par 100 000 voyageurs. Avec un taux de remplissage de 50%, ces trains font perdre de l'argent à la SNCF. Aujourd'hui, le secrétaire d'État aux transports a donc annoncé que les régions pourront prendre en charge la gestion des Intercités.

Les trains de nuit visés aussi

L'État va aussi se désengager des trains de nuit qui transportent 3% des passagers et représente 25% du déficit Intercités, à l'exception de la ligne qui relie Paris à Briançon, et de l'axe Paris-Rodez-Latour-de-Carol. Le montant prévisionnel dédié au renouvellement des rames Intercités est estimé à 1,5 milliard d'euros. Des trains neufs qui rentreront en circulation dans plusieurs années. La question du budget quant à elle sera bouclée fin mars.

Le JT
Les autres sujets du JT
Vous êtes à nouveau en ligne