Harcèlement dans les transports en commun : "C'est une atteinte au droit à la mobilité des femmes"

Une campagne contre le harcèlement dans les transports en commun avait eu lieu en novembre 2015 à Saint-Etienne (Loire).
Une campagne contre le harcèlement dans les transports en commun avait eu lieu en novembre 2015 à Saint-Etienne (Loire). (MAXPPP)

La Fédération nationale des usagers des transports (Fnaut) a salué lundi le lancement d'une campagne de prévention contre le harcèlement sexuel dans les transports en commun. Il faut "perpétuellement les renouveler."

Il faut "en permanence rappeler ce phénomène très grave", a réagi lundi 5 mars sur franceinfo Christiane Dupart, vice-présidente de la Fnaut (fédération nationale des usagers des transports) après que des affiches contre le harcèlement sexuel commencent à être installées dans les transports en commun d'Île-de-France. 

franceinfo : Une campagne d'affichage peut-elle changer quelque chose ?

Christiane Dupart : Absolument. Il faut perpétuellement renouveler ces campagnes de prévention et de sensibilisation, puisque beaucoup de personnes ignorent ce qu'est le harcèlement sexiste dans les transports. Il faut en permanence rappeler ce qu'est ce phénomène, qui est très grave : c'est une atteinte au droit à la mobilité des femmes. Il est absolument nécessaire que les femmes puissent prendre les transports collectifs quand elles en ont besoin ou quand elles en ont envie. Nous pensons tout de même qu'il faut qu'il y ait aussi une formation des agents. Ces dispositifs sont très importants mais il faut que les femmes soient bien accueillies.

Il y a une méconnaissance des droits ?

Beaucoup de femmes ignorent qu'elles peuvent porter plainte lorsqu'elles sont harcelées. On sait qu'il n'y a que 2% de femmes qui portent plainte. Il faut faciliter ce dépôt de plainte et surtout qu'elles soient bien accueillies, comprises, et qu'elles puissent expliquer ce qui leur est arrivé et qu'elles ne subissent pas des remarques désagréables.

On doit avoir des preuves suffisantes quand on porte plainte ?

C'est bien sûr difficile d'avoir des preuves, mais c'est vrai pour toutes les infractions, y compris les infractions au code de la route. Ça n'empêche pas qu'il faut faire un rappel à la loi et qu'il est important de porter plainte. Porter plainte, c'est une bonne chose, mais il faudrait d'abord qu'il y ait de la prévention. Il faudrait d'abord que les femmes ne soient pas harcelées, et pour ça, j'espère qu'il va y avoir des campagnes pour proposer des actions. Par exemple, l'arrêt des bus à la demande le soir, ça c'est quelque chose de positif.

Vous êtes à nouveau en ligne