VIDEO. Benoît Hamon soutient les cheminots… mais jugeait la grève de la SNCF "en décalage" lorsqu'il était ministre

FRANCEINFO

Il y a quelques jours, l'ancien candidat à la présidentielle défendait les cheminots grévistes sur franceinfo. Mais en 2014, il estimait que la grève de la SNCF était "en décalage avec le sens de la réforme".

"On en a fait fléchir des plus inflexibles." C'est ce qu'a déclaré Benoît Hamon, jeudi 5 avril sur franceinfo, à propos d'Edouard Philippe. L'ex-candidat du PS à l'élection présidentielle était interrogé sur la grève à la SNCF et a rejeté la responsabilité de ce mouvement sur le gouvernement. "Ceux qui provoquent la grève sont ceux qui ont appuyé sur le bouton de la remise en cause d'un statut et sur le bouton de la fermeture des petites lignes et des petites gares", a-t-il estimé.

En 2014, un tout autre discours

Mais il y a quatre ans, alors qu'il était ministre de l'Education de François Hollande, il tenait un tout autre discours. Le 16 juin 2014, il était questionné sur les conséquences qu'aurait la grève de la SNCF sur l'organisation du bac. "Plus vite cette grève s’achèvera, mieux ce sera pour les candidats", tranchait-il. Le lendemain, sur RTL, il ajoutait : "Objectivement, on aurait pu poursuivre sur la voie du dialogue social sans pour autant utiliser l’arme de la grève." Un virage à 180 degrés.

Vous êtes à nouveau en ligne