SNCF : les jours de repos seront payés

Le tribunal de Bobigny a condamné ce jeudi 21 juin la SNCF à payer les jours de repos pris par les grévistes entre deux périodes de grève. Une victoire pour les syndicats.

Les cheminots grévistes ont sauvé leurs jours de congé. La direction de la SNCF avait déduit les jours de repos des grévistes en plus de leurs jours de grève sur leurs feuilles de salaire. Mais le tribunal de Bobigny en a décidé autrement jugeant justement que la SNCF n’avait pas "le droit de retenir sur les salaires les jours de repos situés entre deux périodes de grèves".

Mouvement qui coûte cher

Car faire grève est un poids financier pour l’entreprise, d’autant plus quand le mouvement dure depuis plus de trois mois, mais également un poids pour les grévistes. Exemple avec cet agent commercial qui explique que chaque jour de grève lui coûte 63 euros. "Sur 12 jours, 8 jours de grève et quatre jours de repos retirés. On m’a retenu à tort 262,48 €".
Le tribunal a estimé qu’il y avait entrave au droit de grève avec intention de neutraliser les organisations syndicales. "La direction de la SNCF est dans l’illégalité. C’étaient des préavis différents ; elle n’a fait que retarder l‘échéance pour essayer d’amoindrir le conflit", déplore la CGT. La SNCF a remboursé les grévistes, mais va faire appel.

Le JT
Les autres sujets du JT
Vous êtes à nouveau en ligne