SNCF : la galère des usagers

France 3

Cette 18e journée de grève s'annonce très perturbée. Tous les usagers vont une nouvelle fois devoir prendre leur mal en patience ce lundi 14 mai, après un long week-end de l'Ascension.

À Vendôme (Loire-et-Cher), il est très tôt, et Sylvie est déjà prête pour partir à Paris. Aujourd'hui, le trafic SNCG s'annonce très difficile, et elle espère avoir son TGV. 18e jour de grève, et malgré le sursaut de mobilisation annoncé, Sylvie a de la chance, son train est là ; les trois TGV suivants, eux, sont annulés. Elle retrouve dans la rame deux habitués  qui font partie des 700 voyageurs quotidiens de la ligne Vendôme-Paris. "Ça m'oblige à prendre un train avant le matin, le soir aussi, donc ça m'a décalé dans mes horaires", confie l'un d'entre eux.

"Ils nous empêchent de travailler"

La grève suscite une certaine inquiétude pour les usagers : "J'espère que ça va s'arrêter prochainement, qu'on ne va pas continuer à nous embêter", explique Sylvie. Une lassitude partagée par de nombreux passagers, comme ce matin, à Limoges (Haute-Vienne), où un seul train pour Paris circulait. "Ils nous empêchent de travailler, c'est une honte", s'insurge un passager. "Il faudrait trouver une solution très vite, parce que c'est intenable", renchérit une usagère. Si des trains ont circulé ce matin à la moitié du calendrier annoncé pour la grève, le trafic est resté très perturbé.

Le JT
Les autres sujets du JT
Vous êtes à nouveau en ligne