Réforme des retraites : les grévistes misent désormais sur des "temps forts"

Malgré une fluidification du trafic ferroviaire et sur les rails franciliens, une partie des grévistes ne démobilise pas. Témoignage d'un gréviste depuis le dépôt de bus RATP de Saint-Denis (Seine-Saint-Denis). 


"Il y a peut-être un changement stratégique qui s'opère. En tout cas ici, à Pleyel, on a voté à plus de 79%, le fait de partir sur une stratégie des temps forts. C'est à dire, comme ce qu'il s'était passé le 13 septembre. Soit un, deux, voire trois jours par semaine, bloquer complètement le réseau", explique Alexis Louvet, chauffeur de bus et syndiqué chez Solidaire. Entrée dans son 44e jour le vendredi 17 janvier, la grève, qui coûte cher pour ceux qui la font, est moins soutenue.

Nouveau mode d'action

Malgré tout, une partie des syndicats demeure persuadée qu'il est encore possible faire céder le gouvernement. Leur but est toujours l'abandon du texte. Selon le syndicaliste, "des blocages chaque semaine mettront plus de pression sur le gouvernement qu'une grève reconductible, qu'il faut ouvrir les yeux, pour diverses raisons est en train de faiblir".

Le JT
Les autres sujets du JT
Vous êtes à nouveau en ligne