Quand la grève prolongée à la SNCF fait les affaires des "cars Macron"

Des bus de la compagnie Flixbus et Ouibus, à la gare routière Porte Maillot à Paris, le 16 septembre 2016.
Des bus de la compagnie Flixbus et Ouibus, à la gare routière Porte Maillot à Paris, le 16 septembre 2016. (MAXPPP)

Depuis le début de la grève contre la réforme ferroviaire, des clients habituels de la SNCF se sont tourné vers les solutions alternatives. Les compagnies de cars envisagent une hausse de 50% du nombre de voyageurs au cours du deuxième trimestre 2018.

C'est une situation assez ironique. La grève à la SNCF, en raison de la réforme ferroviaire souhaitée par Emmanuel Macron, augmente sensiblement la fréquentation des fameux "cars Macron", mis en place par l'ancien ministre de l'Économie en août 2015. La situation devrait se vérifier dimanche 17 juin, qui est le 31e jour de grève depuis le début du mouvement en avril. Ainsi, 32% de passagers supplémentaires ont été enregistrés au premier trimestre 2018 par rapport à la même période l'an dernier, selon l'Autorité de régulation du secteur des activités ferroviaires et routières.

Beaucoup plus de cars à disposition les jours de grève

Un record qui devrait rapidement être battu au cours du deuxième trimestre. "Si on regarde les chiffres, on aura une hausse probablement supérieure à 50%", se réjouit Yvan Lefranc-Morain, directeur général de Flixbus. Les différentes compagnies ont clairement profité des perturbations sur le réseau ferroviaire. Ils ont fait rouler jusqu'à 15% de cars en plus certains jours de grève. Une aubaine sur les liaisons Paris-Lille, Paris-Lyon voire Paris-Toulouse.

Les opérateurs espèrent fidéliser cette clientèle agacée par la grève à la SNCF. "Je pense qu'une partie des personnes qui sont venues pendant la grève continueront pendant l'été et après", est convaincu Hugo Roncal, directeur général d'Isilines.

Les différents opérateurs partagent le même espoir. Et ils ont d'ailleurs multiplié les envois de bons de réduction pour un prochain voyage à ces dizaines de milliers de nouveaux clients qui ont emprunté un car, faute de train disponible.