L'Unsa ferroviaire appelle à une "pause" : pas "d'impact direct et fort sur le trafic", selon le secrétaire fédéral de SUD-Rail

Manifestation contre la réforme des retraites à Paris, le 12 décembre 2019. Illustration.
Manifestation contre la réforme des retraites à Paris, le 12 décembre 2019. Illustration. (CHRISTOPHE MORIN / MAXPPP)

L'Unsa a appelé à une une "pause" à la SNCF alors que les syndicats SUD-Rail et la CGT-Cheminots appellent à poursuivre le mouvement pendant les vacances.

La "pause" souhaitée par l'Unsa ferroviaire, deuxième syndicat de la SNCF, n'aura pas "d'impact direct et fort sur le trafic" pendant les fêtes de fin d'année a avancé Erik Meyer, le secrétaire fédéral de SUD-Rail, au micro de franceinfo vendredi 20 décembre.

La veille, il n'y pas eu de consensus après la réunion multilatérale de négociations sur la réforme des retraites, organisée à Matignon, entre le Premier ministre et les partenaires sociaux. L'Unsa a appelé à "une pause" à la SNCF, alors que SUD-Rail, 3e syndicat à la SNCF, et la CGT-Cheminots, 1er syndicat de l'entreprise, appellent, quant à eux, à poursuivre le mouvement pendant les vacances.

"Continuer à mettre la pression sur le gouvernement"

"L'Unsa ferroviaire, c'est 7,5% des voix aux élections professionnelles", a souligné Erik Meyer. "Nous appelons à des actions le 28 décembre avant la journée nationale d’actions du 9 janvier", a expliqué le secrétaire fédéral de SUD-Rail. "L’objectif, c’est de continuer à mettre la pression sur le gouvernement", a-t-il ajouté, tout en se disant "bien conscient qu'au bout de 16 jours de grève, c’est-à-dire 16 jours sans salaire et avec des fiches de paie qui vont être égales à zéro pour certains agents, il y a des reprises de travail puis des remises en grève qui vont s’opérer sur ces deux dernières semaines."

Vous êtes à nouveau en ligne