Grève SNCF : le gouvernement durcit le ton

France 2

Les négociations doivent reprendre ce jeudi 5 avril au ministère des Transports. Le gouvernement donnait l'impression de vouloir arrondir les angles, mais Édouard Philippe n'a fait quasiment aucune concession dans sa dernière déclaration, explique le journaliste de France 2 Guillaume Daret.

Ce nouveau tour des négociations s'annonce tendu. Le journaliste de France 2 Guillaume Daret est en direct du ministère des Transports, à Paris, où Élisabeth Borne doit s'entretenir avec les syndicats à partir de 14h30. Édouard Philippe, lui, s'est montré extrêmement ferme ce jeudi 5 avril au matin, "notamment sur la fin du statut des cheminots, qui n'est pas négociable, il l'a répété. Le face-à-face entre les syndicats et la ministre des Transports s'annoncent tendu. Le conflit va-t-il durer ? Qui va faire le premier pas ?", s'interroge le journaliste.

Le gouvernement ouvert à la discussion sur la dette

La question de la dette de la SNCF fait aussi partie des discussions. Elle s'élève à presque 55 milliards d'euros, l'État pourrait-il en reprendre une partie ? Pourquoi pas, mais pas à n'importe quelle condition a expliqué Édouard Philippe sur France Inter. "Je ne veux pas prendre un engagement alors même qu'à ce stade rien n'a changé dans le fonctionnement de la SNCF (...) Je suis ouvert à la discussion, mais pas n'importe comment, pas à n'importe quel rythme et en contrepartie d'engagements extrêmement clairs, extrêmement fermes et qui transforment le fonctionnement opérationnel de la SNCF", a dit le Premier ministre.

Le JT
Les autres sujets du JT
Vous êtes à nouveau en ligne