Grève SNCF : la France privée de trains

France 3

Annoncée depuis plusieurs semaines, cette grève a été anticipée par beaucoup de Français. Certains ont pris leurs dispositions, d'autres ont improvisé, dans un climat parfois tendu.

Une gare bondée, des quais noirs de monde, et des bousculades qui ont entrainé la chute d'une jeune femme jusque sous les rails. Rapidement, plusieurs usagers viennent à son secours, la hissent sur le quai, récupèrent ses effets personnels. Encore choquée, elle restera plusieurs minutes, prostrée. Une scène qui reflète bien la confusion perceptible ce mardi 3 avril au matin, gare de Lyon à Paris.

"Cheminots, au boulot, c'est tout"

Les usagers ont même traversé les voies pour tenter de monter tant bien que mal dans une rame prise d'assaut. "Il y a eu des malaises, des personnes qui ont activé la sonnette d'alarme, et on a eu beaucoup de mal à sortir du train, j'ai jamais vu ça", témoigne une autre voyageuse. "On veut travailler, on veut aller bosser, et qu'est-ce qu'il se passe, il n'y a pas de trains ! Cheminots, au boulot, c'est tout", hurle un homme. À Villeneuve-Saint-Georges, pour monter dans la rame, c'est du chacun pour soi. Avec seulement 1 RER sur 4 pour se rendre çà Paris, tous anticipent de longues semaines de galère. En gare de Lille (Nord), seul 1 TER sur 5 circulait aujourd'hui. Une situation compliquée que les usagers devraient encore connaitre demain.

Le JT
Les autres sujets du JT
Vous êtes à nouveau en ligne