Grève du 5 décembre : l’énorme manque à gagner des entreprises

France 2

Jeudi 5 décembre, bon nombre de salariés n’ont pu se rendre au travail. Les patrons craignent d’ores et déjà une baisse de chiffre d’affaires.

Les rues de Paris, les métros et les gares étaient déserts jeudi 5 décembre. Et pour cause, les usagers avaient pris leurs précautions en amont de cette grève très suivie. Cette faible affluence, ces absences dans les bureaux ont des conséquences sur l’activité des entreprises. Sarah Martineau, directrice d’une start-up parisienne, confirme que plusieurs salariés n’ont pas pu venir travailler. "Il n’y a presque personne. On est 2 sur une équipe de 12, c’est très vide, on a presque l’impression d’être le week-end".

>> DIRECT. Manifestations et grève du 5 décembre : le point sur la situation

"C’est vraiment au ralenti"

S’ils font du télétravail, les salariés de l’entreprise ne peuvent honorer leurs rendez-vous avec les clients. "On a reporté à peu près 17 000 euros de contrat", regrette la gérante qui prouve que le télétravail a ses limites : "D’un point de vue technique, ça continue d’avancer. Il n’y a pas de souci. D'un point de vue commercial, c’est vraiment au ralenti". Les commerçants du centre commercial La Défense (Hauts-de-Seine) ont également noté la baisse de fréquentation en ce premier jour de grève.

Le JT
Les autres sujets du JT
Vous êtes à nouveau en ligne