Grève des transports : le covoiturage plébiscité

FRANCE 2

Avec cette grève qui dure, de plus en plus d'automobilistes pratiquent le covoiturage. Depuis lundi 9 décembre, ils sont exceptionnellement autorisés à rouler sur les voies réservées aux bus et aux taxis, sur les grands axes aux abords de Paris.

Mouvement de grève oblige, pour se rendre sur son lieu de travail, Catherine a tout anticipé, lundi 9 décembre. "Suite à la grève, j'ai avancé mon horaire d'au moins une heure pour arriver à l'heure au travail", explique-t-elle. Elle doit parcourir 13 km pour rejoindre Paris et a proposé de covoiturer. "J'ai dû recevoir plus d'une centaine de demandes en l'espace de trois jours", chiffre Catherine.

>> Grève du 9 décembre : suivez la situation en direct

Deux cars au départ de Seine-et-Marne

Avec dix minutes de retard, elle récupère sa passagère qu'elle rencontre pour la première fois. D'habitude, cette juriste emprunte les transports en commun. "C'est très pratique, parce que je ne suis pas obligée de poser des jours de congé", souligne la jeune femme. "En Seine-et-Marne, à 6 heures, deux cars attendaient les habitants pour les conduire à Paris. C'est la dernière solution pour rejoindre Paris", commente une usagère.

Le JT
Les autres sujets du JT
Vous êtes à nouveau en ligne