Grève à la SNCF : retards et système "D"

Nouvelle journée de perturbations à la SNCF, dimanche, en raison d'une grève sans préavis. Les conducteurs ont fait jouer leur droit de retrait et les gens ont dû se replier vers d'autres moyens pour partir.

Les gares étaient désertes dehors dimanche 20 octobre. Mais dedans, des centaines de voyageurs attendaient. Beaucoup passaient de l'espoir à la désillusion. "S'il n'y a pas de trains, il n'y a pas de vacances. On n'a pas de solution de repli", se désabuse un homme. Et pour changer les billets, les prix sont exorbitants. "Il y avait 79 euros de billets à payer, et là maintenant c'est 218 euros", déplore un autre usager.

Plans B

Certains se sont organisés. À Paris, le bus était le moyen le plus sûr pour rentrer chez soi. Même si c'est long. "Je mets 15h au lieu de mettre 5h, voilà…", avance un homme. Sur les axes les plus touchés, les compagnies de bus affichent une hausse de 45% de réservations. Le covoiturage fonctionne aussi très bien. Les chauffeurs ont dû refuser des demandes. La SNCF a annoncé que tous les billets seraient remboursés et qu'un fonds d'un million d'euros serait débloqué pour indemniser les voyageurs victimes de dommages exceptionnels.

Le JT
Les autres sujets du JT
Vous êtes à nouveau en ligne