Grève à la SNCF : confusion et division dans les syndicats

franceinfo

Au 16e jour de mobilisation contre la réforme des retraites, vendredi 20 décembre, le taux des grévistes est en baisse à la SNCF. Moins du 10% du personnel, mais la moitié des conducteurs reste mobilisés.

9,5% de gréviste en ce 16e jour de grève, vendredi 20 décembre, du côté de la SNCF. Un taux qui tombe à 58% du côté des conducteurs, bien loin des 85% du premier jour de la grève. La mobilisation faiblit par nécessité économique. "Pour certains, la perte de salaire atteint déjà plusieurs centaines d'euros, par choix. D'autres suivent la recommandation de leur dirigeant syndical. Hier soir, celui de l'UNSA appelait à la trêve le temps des fêtes. Une position partagée par Laurent Berger, à la tête de la CFDT, mais pas par leur base", explique la journaliste Justine Weyl.

La fracture syndicale s'accentue de plus en plus

Ainsi, la fracture syndicale s'accentue un peu plus chaque jour. En effet, contrairement à la volonté du secrétaire général de la CFDT, Laurent Berger, les cheminots du syndicat ont annoncé ce vendredi qu'ils continueront leurs actions pendant les fêtes. Pour l'heure, de nombreux grévistes des principaux syndicats des cheminots refusent de relâcher la pression sur le gouvernement alors que les négociations continuent.

Le JT
Les autres sujets du JT
Vous êtes à nouveau en ligne