DIRECT. Grève du 29 décembre : la contestation contre la réforme des retraites entre dans son 25e jour, le trafic SNCF et RATP toujours perturbé

Des voyageurs à la gare Montparnasse, le 26 décembre 2019 à Paris. 
Des voyageurs à la gare Montparnasse, le 26 décembre 2019 à Paris.  (MATHIEU MENARD / HANS LUCAS / AFP)

Samedi, 4 500 personnes, dont 800 "gilets jaunes", ont manifesté contre le projet de réforme des retraites à Paris, d'après la préfecture de police. Cette mobilisation a rassemblé plus de 10 000 personnes à travers le pays. 

La contestation se poursuit contre le projet de réforme des retraites. Le trafic reste perturbé à la SNCF et à la RATP, dimanche 29 décembre, alors que le mouvement s'opposant à la réforme entre dans son 25e jour de grève. A la SNCF, six TGV sur dix circuleront et le trafic sera entièrement interrompu sur treize lignes de métro à Paris. Suivez la situation en direct. 

 Un week-end de chassé-croisé difficile. Le trafic SNCF et RATP est toujours fortement perturbé dimanche, en plein chassé-croisé de vacanciers. Il y aura en moyenne six TGV sur dix, sept Ouigo sur dix, un Transilien sur cinq, trois Intercités sur dix et quatre TER sur dix. A Paris, le trafic est totalement interrompu sur treize lignes de métro. Voici l'ensemble des prévisions de trafic

Plus de 10 000 manifestants samedi. De nouvelles manifestations contre la réforme des retraites, à l'appel des syndicats les plus mobilisés, ont rassemblé plus de 10 000 personnes à travers le pays samedi, dont 4 500 à Paris d'après la préfecture de police. Quelque 800 "gilets jaunes" avaient rejoint ce cortège, selon cette même source.

La CGT attribue "le bordel" au gouvernement. Dans un entretien au Journal du dimanche, le secrétaire général de la CGT, Philippe Martinez, accuse l'exécutif d'organiser "le bordel" et de jouer "le pourrissement du conflit". Le secrétaire d'Etat aux Transports, Jean-Baptiste Djebbari, dénonce un syndicalisme "de blocage", voire "d'intimidation". 

La grève désormais plus longue que celle de 1995. La contestation contre la réforme des retraites entre dans son 25e jour. Elle dépasse désormais celle de 1995 dans les transports, qui avait duré 22 jours. Elle pourrait même être plus longue que celle de 1986-1987 à la SNCF, qui avait tenu 28 jours, également sans trêve de Noël.

Vous êtes à nouveau en ligne