Grève à la SNCF : 6 TGV sur 10 circuleront le week-end du 27 au 29 décembre

Des agents de la SNCF en grève contre la réforme des retraites, organisent un repas à Fleury-les-Aubrais (Loiret), le 23 décembre 2019.
Des agents de la SNCF en grève contre la réforme des retraites, organisent un repas à Fleury-les-Aubrais (Loiret), le 23 décembre 2019. (GUILLAUME SOUVANT / AFP)

La grève se poursuit mardi à la RATP et à la SNCF. Le gouvernement a annoncé lundi qu'il recevrait les partenaires sociaux le 7 janvier.

Pas de répit pour les vacances de Noël. Les grévistes qui protestent contre la réforme des retraites veulent "maintenir la flamme" pendant les fêtes, et notamment mardi 24 décembre. Certains voyageurs peinent ainsi à rejoindre leur famille pour le réveillon de Noël. A la SNCF, le taux de grévistes est en légère hausse, à 9,8% de l'ensemble du personnel, a annoncé la direction, à la mi-journée. Chez les conducteurs, ce taux atteint 49,3%.

Un manque à gagner de 400 millions d'euros. Dans Le Monde, le président du directoire de la SNCF, Jean-Pierre Farandou, estime qu'"au bout de vingt jours, on est à 400 millions d’euros de chiffre d’affaires qui n’aura pas été réalisé dans la période". Selon lui, une journée de grève équivaut à une perte de 20 millions d'euros. Ce calcul tient compte des économies des jours de grève non payés et de dépenses en baisse, comme l'électricité.

Seuls 40% des TGV et TER, 20% des Intercités et Transilien circuleront ce mardi. Côté RATP, toujours 6 lignes de métro complètement fermées. Seules les deux lignes automatiques 1, 14 et Orlyval circulent normalement. La SNCF a également averti qu'en en Ile-de-France, plusieurs lignes "fermeront de manière anticipée en fin de journée" mardi et ne rouvriront que mercredi "en début d'après-midi". Les usagers sont invités à "vérifier les horaires des trains, en particulier pour leurs trajets de mardi soir." Un point sur la circulation des TGV et Ouigo du week-end du 28-29 est attendu dans la journée. 

Les partenaires sociaux reçus le 7 janvier. Ce jour-là seront discutées les questions de pénibilité et de gestion de fin de carrière dans le cadre de la réforme des retraites, a annoncé Matignon. Les ministres du Travail et de la Santé, Muriel Pénicaud et Agnès Buzyn, ainsi que les secrétaires d'Etat chargés des Retraites et de l'Action et des Comptes Publics, Laurent Pietraszewski et Gérald Darmanin, débuteront cette concertation avec les partenaires sociaux, qui se poursuivra tout au long du mois de janvier.

Philippe Martinez dit ne pas avoir "reçu d'invitation""C'est vous qui m'apprenez qu'il y a un nouveau cycle de négociations qui démarre", a expliqué sur franceinfo le secrétaire général de la CGT, à propos de la concertation entre ministres et partenaires sociaux annoncée pour le 7 janvier. "C'est peut-être ça la nouvelle façon de dialoguer", poursuit Philippe Martinez. "On fait un communiqué de presse, les syndicats écoutent la radio, on écoute franceinfo, et on apprend de quoi on va discuter, comment, avec qui ? En attendant je ne sais pas de quoi le gouvernement veut discuter", conclut-il.

Vous êtes à nouveau en ligne