Droit de retrait à la SNCF : la compagnie ne pourra donner l'état du trafic que samedi matin

De très nombreux voyageurs sont restés bloqués, le 18 octobre 2019, dans les gares parisiennes. 
De très nombreux voyageurs sont restés bloqués, le 18 octobre 2019, dans les gares parisiennes.  (MAXPPP)

Un "mouvement social inopiné" touche le trafic ferroviaire dans de nombreuses régions, alors que de nombreux départs sont prévus samedi pour le début des vacances de la Toussaint.

Le flou règne, vendredi 18 octobre, sur la situation du trafic SNCF . Un "mouvement social inopiné" a touché la circulation des trains dans de nombreuses régions. A quelques heures des départs pour les vacances de la Toussaint, des cheminots ont fait valoir leur droit de retrait à la suite d'une collision entre un TER et un camion qui a fait 11 blessés mercredi dans les Ardennes.

Un droit de retrait que ne reconnaît pas la direction de la SNCF, qui évoque une "grève sans préavis pas acceptable". La SNCF assure toutefois qu'elle met "tout en œuvre" pour "un retour à la normale demain matin", a affirmé sur franceinfo Agnès Ogier, la directrice de la communication de l'entreprise. Suivez notre direct.

La compagnie ne pourra donner l'état du trafic que samedi dans la matinée, expliquant qu'il était difficile de faire des prévisions concernant ce mouvement car il n'y a pas de préavis pour le droit de retrait. "Le trafic sera très très perturbé sur les Ouigo. Nous avons recontacté nos clients pour inciter les voyageurs à reporter leur voyage et à se faire rembourser", indique seulement la compagnie. 

Plus de la moitié des TER ont circulé ce vendredi. En moyenne, 55% des trains régionaux ont été maintenus. A noter des situations diverses selon les régions : seuls 20% des TER ont roulé en Occitanie et en Paca, contre plus de 80% en Bourgogne et dans les Hauts-de-France.

Une situation "très difficile" en Ile-de-France. En région parisienne, 70% des Transilien étaient en circulation, mais là aussi avec d'importantes disparités, les RER B et D étant les plus touchés, ainsi que les lignes R, H, J, K et L. De son côté, la ligne E a circulé normalement.

Trafic quasi normal pour les TGV. Par ailleurs, seul un train Intercités sur deux a pu circuler. Sur les lignes TGV, où l'affluence était importante en cette veille de vacances, le trafic était normal sur les axes nord et est, mais perturbé sur le sud-est (20 trains supprimés) ainsi que sur l'axe Atlantique.

Un droit de retrait lié à un accident. Des conducteurs font valoir leur droit de retrait à cause d'un accident survenu mercredi dans la région Grand-Est, à Saint-Pierre-sur-Vence, au sud de Charleville-Mézières (Ardennes). Un train a percuté un convoi exceptionnel à un passage à niveau, blessant légèrement onze personnes. Le conducteur, blessé à la jambe, était le seul agent à bord et a dû gérer la situation tout seul. D'après la CGT Cheminots, la sécurité de ne peut pas être assurée tant qu'il n'y aura pas de contrôleur à bord de tous les trains.

Le gouvernement dénonce une "instrumentalisation". "Dire que l'on opère un droit de retrait qui n'en est pas un, c'est pénaliser l'usager", a réagi le secrétaire d'Etat aux Transports, Jean-Baptiste Djebbari, sur BFMTV. "On n'instrumentalise pas un événement de sécurité pour faire valoir une position politique. La CGT conteste que les conducteurs de trains soient seuls, c'est le cas depuis dix ans", assure-t-il.

23h56 : Bonsoir @anonyme. Nous venons de contacter la SNCF pour tenter d'en savoir plus. "Le trafic sera très très perturbé sur les Ouigo. Nous avons recontacté nos clients pour inciter les voyageurs à reporter leur voyage et à se faire rembourser. Pour le reste, on a aucune info, il va falloir attendre la prise de service demain", explique le service communication de l'entreprise.

23h56 : Les mails et SMS arrivent annonçant l'annulation des trains Ouigo. Aucun train ne circulerait demain. Avez-vous des informations supplémentaires ? Merci par avance.

23h00 : J'espère que vous ne serez jamais dans un train sans personnel SNCF et avec un algorithme pour vous conduire, car si ce jour là vous avez un accident, un malaise ou autre, ne comptez pas sur l'algorithme pour vous venir en aide.

23h00 : Je fais partie de l’entreprise et je trouve qu'il est inadmissible qu’un groupe de personnes casse les efforts que leurs collègues entreprennent chaque jour d’une part, et d’autre part qu’ils prennent en otage les clients. Il y en a vraiment marre de ce type de personnage qui refuse l’évolution de l’environnement dans lequel ils sont. Arrêtons ce corporatisme obtus.

23h00 : Pour un cas isolé, on en fait une généralité paralysante pour tout un pays ? On nage dans le delire là!

23h00 : Abolissons ce droit de retrait totalement dévoyé de son esprit originel.

23h00 : Vous êtes très nombreux à réagir dans le direct après le droit de retrait exercé par des conducteurs et contrôleurs, après un accident dans les Ardennes. Et vous n'êtes pas tous sur la même ligne.

22h46 : Le flou règne toujours à la SNCF. La SNCF ne pourra donner l'état du trafic que demain dans la matinée. L'entreprise explique qu'il est difficile de faire des prévisions concernant ce mouvement, car il n'y a pas de préavis pour le droit de retrait exercé par les salariés après un accident qui a fait plusieurs blessés.

22h23 : Bonsoir @Natacha. Non, malheureusement nous avons que peu d'infos pour l'instant sur le trafic de demain. Des conducteurs et contrôleurs font valoir leur droit de retrait après un accident ayant fait mercredi plusieurs blessés, et le trafic reste très perturbé ce soir. La SNCF assure mettre "tout en œuvre" pour "un retour à la normale demain matin". Une réunion a lieu ce soir entre syndicats et direction. "Pour l'instant, il n'y a aucune avancée", a déclaré ce sur franceinfo Didier Mathis, secrétaire général de l'Unsa Ferroviaire.

22h23 : Bonsoir Clément, je n’arrive pas à trouver d’infos concrètes sur les TGV de demain au départ de Bordeaux avec arrêt à Poitiers pour Disneyland Paris ma fille se prépare depuis 2 mois pour cette journée, en savez-vous un peu plus que moi ? Merci beaucoup

20h04 : 20 heures, voici les principaux titres :

Une marée humaine a envahi les rues de Barcelone. Plus de 525 000 personnes ont manifesté, selon la police. Pour comprendre les raisons de cette mobilisation des indépendantistes catalans, c'est par ici. Et pour suivre la situation dans notre direct, c'est par là.


• La SNCF assure que 55% des TER ont circulé aujourd'hui avec "de fortes disparités selon les régions". La compagnie met "tout en œuvre" pour "un retour à la normale demain matin". Suivez la situation dans notre direct.

• Patrick et Isabelle Balkany ont été condamnés respectivement à cinq et quatre ans de prison pour blanchiment. Ils vont faire appel. Eric Dupond-Moretti, l'avocat du maire de Levallois, estime que cette peine est "monstrueuse".

• Donald Trump assure que Recep Tayyip Erdogan, le président turc, lui a redit sa volonté d'appliquer le cessez-le-feu. Que dit cet accord qui prévoit une trêve de cinq jours ? Nous le détaillons dans cet article.

19h37 : Le point sur la circulation des trains. La SNCF met "tout en œuvre" pour "un retour à la normale demain matin", indique sur franceinfo Agnès Ogier, la directrice de la communication de l'entreprise. En attendant, voici la situation ce soir :

55% TER ont circulé aujourd'hui, avec des situations diverses : 20 % des TER ont roulé en régions Occitanie et Paca, plus de 80 % en Bourgogne et dans les Hauts-de-France.

Situation "très difficile en Ile-de-France sur le réseau Transilien" : les RER B et D ont été très touchés, alors que la ligne E a circulé normalement.

Le trafic sur les TGV Nord et Est est "tout à fait normal". Sur les destinations bretonnes, atlantiques et Sud-Est, plus de 9 trains sur 10 circulent.

18h14 : Il est 18 heures, voici les principaux titres :

• La SNCF assure qu'en milieu d'après-midi 55% des TER circulent avec "de fortes disparités selon les régions". Pour les TGV, le trafic est normal sur les axes nord et est, mais perturbé sur le sud-est (20 trains supprimés) ainsi que sur l'axe Atlantique. Suivez la situation dans notre direct.

• Patrick et Isabelle Balkany ont été condamnés à cinq et quatre ans de prison pour blanchiment. Ils vont faire appel. Eric Dupond-Moretti, l'avocat du maire de Levallois, estime que cette peine est "monstrueuse".

•Une marée humaine a envahi les rues de Barcelone. Pour comprendre les raisons de cette mobilisation des indépendantistes catalans, c'est par ici. Et pour suivre la situation dans notre direct, c'est par là.

• Donald Trump assure que Recep Tayyip Erdogan, le président turc, lui a redit sa volonté d'appliquer le cessez-le-feu. Que dit cet accord qui prévoit une trêve de cinq jours ? Nous le détaillons dans cet article.

17h35 : Une réunion a eu lieu, ce matin, entre la direction et la CGT, qui réclame la présence obligatoire d'un contrôleur par train. Une autre réunion avec l'ensemble des syndicats est programmée à 17h30, c'est-à-dire là, maintenant.

17h29 : Le trafic ferroviaire est fortement perturbé depuis ce matin. Des cheminots ont fait valoir leur droit de retrait à la suite d'un accident survenu sur un passage à niveau dans les Ardennes, mercredi, où une collision entre un camion et un TER a fait 11 blessés. Les syndicats de cheminots critiquent la présence d'un seul agent à bord de certains trains. Ce système, appelé "équipement agent seul", était appliqué dans le TER accidenté. Nous revenons sur ce dispositif dans cet article.




(ERIC CABANIS / AFP)

17h10 : Faisons un petit résumé de la circulation des trains :

• La SNCF assure qu'en milieu d'après-midi 55% des TER circulent avec "de fortes disparités selon les régions".

• Pour les TGV, le trafic est normal sur les axes nord et est, mais perturbé sur le sud-est (20 trains supprimés) ainsi que sur l'axe Atlantique.

• En région parisienne, 70% des Transilien sont en circulation, mais là aussi avec d'importantes disparités, les RER B et D étant les plus touchés, ainsi que les lignes R, H, J, K et L.

15h49 : Difficile de faire un point détaillé sur le trafic SNCF partout en France. Tout à l'heure, à 13 heures, la SNCF assurait qu'"un TER sur deux circulait" avec "de fortes disparités selon les régions". En Occitanie, Nouvelle-Aquitaine et Pays de la Loire, la situation est "très perturbée".

15h03 : Ce n'est pas une grève non déclarée. C'est un droit de retrait. La sécurité est gravement bafouée.

15h17 : Un droit de retrait se fait sans préavis ! Point. Que ça plaise ou non, c’est un droit.

15h03 : Deux jours après, c’est une récupération des syndicats.

15h24 : Comment qualifier le mouvement qui perturbe le trafic ferroviaire ? Les cheminots ont-ils fait valoir leur droit de retrait ? Ou est-ce une "grève sans préavis", comme le dit la direction de la SNCF ? Dans les commentaires, ce débat fait rage.

14h08 : Il est 14 heures, faisons un nouveau rappel des principaux titres :

• #Isabelle et Patrick Balkany sont reconnus coupables du délit de blanchiment aggravé. Patrick Balkany est relaxé des délits de corruption. Suivez dans notre direct le jugement du procès des Balkany dans le volet "blanchiment et corruption".

• Pour la SNCF, le "mouvement social inopiné" qui est en cours est une "grève sans préavis". C'est "inacceptable", juge Franck Lacroix, directeur général SNCF-TER. Suivez la situation dans notre direct.

• Une "grève générale" est prévue aujourd'hui en Catalogne, avec des "marches de la liberté" parties de toute la région, qui doivent converger vers Barcelone pour une grande manifestation prévue à 17 heures. Mais d'impressionnantes cortèges sont déjà partis de plusieurs villes.

• Selon l'ONU, plus de 2 300 personnes, la plupart des femmes et des enfants, ont fui les combats dans le nord-est de la Syrie pour se réfugier en Irak au cours des derniers jours. Les Nations unies estiment qu'environ 166 000 personnes ont été contraintes de quitter leur foyer depuis le déclenchement le lancement de l'offensive de la Turquie, le 9 octobre.

13h53 : Un conducteur blessé a dû assurer seul la sécurité de ses passagers et celles des trains qui auraient pu croiser le lieu de l'accident. Il est donc logique que la conduite à agent seul soit remise en question. Sa blessure aurait été plus grave, il n'y avait personne pour mettre en sécurité tous les voyageurs. Je préfère un ennui passager qui ne m'arrange pas du tout à une catastrophe prévisible.

13h36 : C’est intéressant d’apprendre que nous sommes souvent seuls avec une seule personne qualifiée dans les trains... les passagers peuvent-ils utiliser leur droit de retrait (financier) ? (En direct d’un TGV pour Rennes)

13h53 : Il est regrettable de constater que l'on prend toujours les usagers en otages.

13h35 : Vous êtes toujours très nombreux à commenter le "mouvement social inopiné" (selon les syndicats) ou "grève sans préavis" (selon la direction de la SNCF).

12h47 : Aucun respect pour les usagers. Si c'était un vrai droit de retrait il aurait eu lieu hier. C'est bel et bien une grève. Bravo les cheminots, vous allez sûrement gagner en popularité auprès des usagers !

12h47 : Super ! Voilà qui ne va pas calmer son personnel. On risque un enlisement et une situation qui perdure, merci d'en rajouter une couche histoire de bien dégoûter les usagers de votre entreprise !

12h46 : Pourquoi inacceptable ? Quand la SNCF augmente ses prix, elle avertit avant ? Dommage pour les passagers... mais il n'y a que les grèves de ce style qui paient ! Je ne suis pas cheminot.

12h37 : Bonjour @anonyme. De quelle censure parlez-vous ? Nous avons publié ce matin, dans ce direct, de nombreuses réactions de voyageurs mécontents. Votre remarque me donne l'occasion de vous donner un aperçu des commentaires qui nous parviennent. Les avis sont assez variés.

12h34 : Toujours pas de réactions d’internautes à la suite de la grève non déclarée à la SNCF ? Vous censurez ce qui est négatif pour eux ?

12h43 : Il est midi, voici les principaux titres :

• Pour la SNCF, le "mouvement social inopiné" qui est en cours est une "grève sans préavis". C'est "inacceptable", juge Franck Lacroix, directeur général SNCF-TER. Suivez la situation dans notre direct.

Le trafic SNCF est fortement perturbé, deux jours après un accident survenu dans les Ardennes. Les cheminots sont libres d'exercer leur droit de retrait dès lors qu'ils l'estiment nécessaire, contrairement à une grève, qui doit être annoncée et respecter un préavis. On vous explique tout cela dans cet article.

• Patrick Balkany refuse son extraction de prison, alors que le jugement dans son procès pour "blanchiment et corruption" doit être rendu en début d'après-midi, déclare l'un de ses avocats à franceinfo.

• Une "grève générale" est prévue aujourd'hui en Catalogne, avec des "marches de la liberté" parties de toute la région, qui doivent converger vers Barcelone pour une grande manifestation prévue à 17 heures. Mais d'impressionnantes cortèges sont déjà partis de plusieurs villes.

12h02 : Loïc Leuliette, directeur des relations de la SNCF, assiste à cette conférence de presse. Comme Franck Lacroix, il évoque une "grève sans préavis". Selon lui, cette situation est "inacceptable".

11h58 : Franck Lacroix, directeur général SNCF-TER, tient une conférence de presse. Il estime que le mouvement social inopiné qui est en cours est une grève.

11h52 : "On nous a laissés sur le carreau", dénonce une association d'usagers du Tarn-et-Garonne. "Aucun service de bus n'a été mis en place, je trouve que c'est vraiment honteux", juge Emmanuelle Zaïbak, vice-présidente de l'Association des usagers de la ligne Toulouse-Agen-Bordeaux (Autab).

11h43 : Combien de temps la mobilisation des cheminots va-t-elle durer ? Impossible de le savoir pour le moment. Une réunion est en cours entre la direction de la SNCF et des organisations syndicales, qui réclament la présence obligatoire d'un contrôleur par train.

11h32 : Le trafic SNCF est fortement perturbé en raison d'un "mouvement social inopiné", deux jours après un accident survenu dans les Ardennes. Les cheminots sont libres d'exercer leur droit de retrait dès lors qu'ils l'estiment nécessaire, contrairement à une grève, qui doit être annoncée et respecter un préavis. On vous explique tout cela dans cet article.

10h29 : Une bataille d'éléments de langage se joue, concernant le mouvement social en cours. Les syndicats, comme Sud Rail le fait sur Twitter, évoquent un "droit de retrait individuel", également appelé "dépôt de sac". Ils n'ont d'ailleurs pas formellement appelé à la grève, mais, localement, à un "débrayage". De son côté, la direction de la SNCF communique sur une "grève sans préavis", sur son site.

10h11 : Bonjour @François, on me signale, dans les commentaires, des perturbations sur certaines lignes TGV, mais j'ignore si elles sont liées ou non au mouvement social en cours. Ce sont surtout les TER, Intercités et Transilien qui sont concernés. Il m'est impossible d'être plus précise concernant les grandes lignes. Si vous devez prendre un train aujourd'hui, je ne peux que vous inciter à faire une recherche sur votre trajet précis.

10h08 : Bonjour franceinfo, savez-vous si les trains TGV sont concernés par ces perturbations ? Merci

09h13 : "On n'instrumentalise pas un événement de sécurité pour faire valoir une position politique."

Invité de BFMTV/RMC, Jean-Baptiste Djebbari adresse cette réponse cinglante aux cheminots qui exercent leur droit de retrait aujoud'hui.

08h27 : Bonjour @Martin, la RATP n'est pas touchée par ce mouvement, mais vous le savez peut-être, l'exploitation de certaines lignes RER est partagée entre la SNCF et la RATP. Elles peuvent donc être aussi concernées. Concernant le RER A, le trafic est perturbé entre La Défense et Poissy, et La Défense et Cergy-le-Haut. Sur le RER B, le trafic est très perturbé entre Gare du Nord et l'aéroport Charles de Gaulle ou Mitry-Claye, et un train sur deux circule du sud jusqu'à Gare du Nord. Le RER D connaît aussi de fortes perturbations.

08h26 : Bonjour franceinfo, sauriez-vous nous dire si la RATP, et donc les RER, sont concernés par ce mouvement ? Merci !

08h25 : Il est un peu plus de 8 heures, voici les titres :

Un "mouvement social inopiné" touche le trafic ferroviaire dans de nombreuses régions. Des cheminots ont fait valoir leur droit de retrait à la suite d'une collision entre un TER et un camion qui a fait 11 blessés, mercredi, dans les Ardennes. Suivez notre direct.

Déjà condamnés pour fraude fiscale, les époux Balkany seront fixés aujourd'hui sur leur sort dans le second volet de leur procès pour "blanchiment à grande échelle", et pour "corruption", dans le cas de Patrick Balkany, qui dort depuis un mois en prison.

Les 27 dirigeants du Conseil européen ont validé l'accord négocié entre Londres et Bruxelles. Mais malgré cet accord, le Brexit peut encore échouer. Nous vous expliquons pourquoi dans cet article. Il doit encore être validé samedi par le Parlement britannique.

#RETRAITES "La question n'est ni de repousser, ni de reculer" la réforme des retraites, a assuré le Premier ministre Edouard Philippe sur France 3.

08h04 : Une réunion est en cours entre la direction de la SNCF et des organisations syndicales de cheminots, selon la SNCF à franceinfo et la CGT.

07h56 : Grève surprise SNCF le dernier vendredi avant les vacances... Ou comment gratter un jour de plus pour partir plus tôt ! Quel beau métier !!

08h03 : Pourquoi y a-t-il toujours des conducteurs dans les trains ? Un robot ferait très bien le travail sans faire grève.

08h03 : Si cet accident est survenu mercredi, pourquoi ce droit de retrait n'a-t-il pas été exercé dès le lendemain jeudi, comme c'est le cas en cas d'agression ? Ah ben non, suis-je bête, les vacances scolaires ne commencent que ce soir, c'est plus pratique aujourd'hui pour gratter une journée !

08h03 : Bonjour @anonyme, relisez bien ce direct, je n'ai pas publié uniquement des messages de soutien. Comme je l'ai expliqué, nombre de messages critiquant l'action en cours des cheminots sont insultants et diffamatoires, ils enfreignent donc la loi et ne peuvent pas être publiés. Nos internautes ont parfaitement le droit d'exprimer leur colère, dans le respect des personnes et du droit. Voici d'ailleurs des commentaires négatifs (qui restent à la limite de l'insulte, pour certains).

Vous êtes à nouveau en ligne