Gare d'Austerlitz : la SNCF veut résilier le contrat de la PME qui a dénoncé une pollution au plomb

La gare d\'Austerlitz, en novembre 2011, à Paris.
La gare d'Austerlitz, en novembre 2011, à Paris. (SERGE ATTAL / ONLY FRANCE / AFP)

Le groupe veut également porter plainte contre la société pour des manquements, voire pour diffamation. Tous les points mesurés sont nettement en-dessous du seuil normatif de 1 000 µg/m2, assure la SNCF, alors qu'une étude commanditée par MASCI affichait des taux supérieurs à ce seuil. 

La SNCF a l'intention de mettre fin au contrat de la PME qui a dénoncé une pollution au plomb "extrêmement préoccupante" à la gare d'Austerlitz, à Paris. La compagnie veut poursuivre la PME en justice, annonce un de ses porte-parole, mardi 8 octobre.

"SNCF Gares & Connexions entend résilier le contrat avec l'entreprise MASCI, porter les manquements de celle-ci en justice pour faute et se réserve le droit d'y ajouter la diffamation", a-t-il déclaré à l'AFP, confirmant des informations du magazine Ville, Rail & Transports. "Nous allons étudier le dossier avec nos avocats pour déterminer la qualification de la faute", a-t-il ajouté.

Le chantier de rénovation de la gare d'Austerlitz est à l'arrêt depuis le 4 septembre. Selon son directeur général Philippe Lebon, l'entreprise MASCI a "progressivement découvert une situation de pollution historique extrêmement préoccupante qui dépasse largement le cadre des travaux qui lui ont été confiés". Cette société, qui est chargée de déplomber la verrière centenaire de la gare, dit avoir alerté à plusieurs reprises la SNCF. Elle accuse la compagnie d'avoir eu connaissance de "cette situation de pollution globale et historique de la gare" dès le mois de juin 2018.

>> Paris : une société dénonce des taux de plomb 40 fois supérieurs à la normale sur le chantier de la gare d'Austerlitz

Des études aux résultats contradictoires

Gares & Connexions a ensuite démenti ces affirmations, assurant "qu'il n'y a pas de pollution dans la gare". Pour cette branche de SNCF Mobilités, c'est l'entreprise MASCI qui n'arrive pas à conduire le chantier dans de bonnes conditions – celui-ci a notamment dû être interrompu à trois reprises car elle n'a pas su le confiner correctement alors que c'est justement son métier, selon le porte-parole.

"En raison de l'inquiétude générée de la part des usagers et des agents de la gare, nous avons dépêché en urgence (...) une entreprise agréée" pour faire des analyses au sein de la gare parisienne, a expliqué à l'AFP Benoît Brunot, directeur des grands projets chez SNCF Gares & Connexions. Selon lui, "tous les points mesurés sont nettement en dessous du seuil normatif de 1 000 µg/m2, qui est la recommandation du ministère de la Santé". Les résultats sont disponibles sur le site internet de la SNCF.

La PME MASCI avait, de son côté, diligenté une étude distincte auprès d'un autre laboratoire indépendant, qui a révélé des taux de plomb "très largement supérieurs au seuil réglementaire de 1 000 µg/m2" dans l'enceinte de la gare.

Vous êtes à nouveau en ligne