L'Assemblée nationale adopte la réforme de la SNCF à une écrasante majorité en première lecture

Les députés ont adopté à une écrasante majorité, en prmeière lecture, mardi 17 avril, le projet de réforme de la SNCF.
Les députés ont adopté à une écrasante majorité, en prmeière lecture, mardi 17 avril, le projet de réforme de la SNCF. (LUDOVIC MARIN / AFP)

Les députés ont approuvé mardi 17 avril par 454 voix contre 80 le projet de réforme de la SNCF, qui doit encore être discuté au Sénat.

C'est un résultat écrasant. Les députés ont approuvé mardi 17 avril le projet de réforme de la SNCF par 454 voix pour et 80 voix contre. Le projet de loi "pour un nouveau pacte ferroviaire" passera entre les mains des sénateurs à partir du 23 mai en commission et du 29 mai en séance. Le gouvernement espère un vote définitif sur ce texte "au plus tard début juillet", a indiqué le ministère des Transports.

D'abord divisé sur le sujet, le groupe Les Républicains (LR), constitué d'une centaine de députés, a finalement décidé de voter en faveur du texte tout en demandant au gouvernement des avancées en matière de financement de la dette de la SNCF et des garanties sur le maintien des "petites lignes" ferroviaires. L'opposition de gauche a elle voté contre le projet de loi, approuvé en revanche par le MoDem et le groupe UDI, Actifs et Indépendants.

Parmi les mesures phares de ce projet de loi, l'autorisation qui sera faite à partir de décembre 2019 aux régions d'ouvrir le trafic ferroviaire à la concurrence. Mais aussi la disparition du statut de cheminots pour les nouveaux embauchés. Le projet de loi ne prend en revanche pas en compte l'énorme dette – 47 milliards d'euros pour la seule SNCF Réseau –, que l'Etat promet de reprendre partiellement à une échéance encore inconnue.

Les discussions politiques se doublent d'une concertation avec les syndicats représentatifs de la SCNF qui n'ont pas perdu l'espoir de faire reculer le gouvernement et poursuivent leur grève d'usure entamée le 3 avril. Après trois épisodes de deux jours de grève, le mouvement doit reprendre ce mardi soir pour 48 heures, selon le calendrier défini par les syndicats.

Vous êtes à nouveau en ligne