22 blessés dans le déraillement d'un TGV dans le Bas-Rhin, le pronostic vital du conducteur n'est plus engagé

Un TGV qui reliait Strasbourg à Paris a déraillé jeudi 5 mars vers 7h30 un peu avant Saverne (Bas-Rhin).
Un TGV qui reliait Strasbourg à Paris a déraillé jeudi 5 mars vers 7h30 un peu avant Saverne (Bas-Rhin). (FRANÇOISE BURCKEL / RADIO FRANCE)

L'accident a été provoqué par l'affaissement d'un talus, à Ingenheim, près de Saverne (Alsace).

Un TGV reliant Colmar-Strasbourg-Paris a déraillé jeudi 5 mars au matin, vers 7h30, à hauteur d’Ingenheim dans le Bas-Rhin, a appris France Bleu Alsace. Dans son dernier bilan, la préfecture fait état de 22 blessés, dont le conducteur du train. Des sources syndicales à la SNCF ont précisé qu'il avait la clavicule et des côtes fracturées mais que son pronostic vital n'était plus engagé. 

>> Ce que l'on sait sur l'accident d'un TGV en Alsace

Le chef de bord a, lui, subi un traumatisme dorsal et a été pris en charge immédiatement. De plus, un voyageur est blessé au visage, détaille la SNCF. Parmi les autres blessés, des passagers choqués par l'accident ou légèrement touchés.

En tous, 4 blessés ont nécessité une hospitalisation, 18 autres ont été examinés sur place et ont pu quitter le site précise la préfecture du Bas-Rhin.

Le train n'a pas complétement déraillé mais la motrice est sortie des rails "à la suite d’un glissement de terrain très important et soudain", entraînant les quatre premières voitures, a détaillé la SCNF.

Une enquête interne a été déclenchée et l’Établissement public de sécurité ferroviaire a été saisi. "C'est un événement rare", assure la compagnie. Une enquête a également été ouverte par le Parquet de Strasbourg. Une cellule d’urgence médico-psychologique a été déployée sur place. Sur Twitter, la ministre des Transports, Élisabeth Borne,  a annoncé de son côté avoir saisi le Bureau d'enquête sur les accidents terrestre (BEA-TT).

Enfin, la SNCF assure qu'il n'y a pas d'interruption de la circulation de TGV à prévoir, seulement quelques retards. En effet, les TGV sont détournés vers la ligne classique entre Vendenheim (Bas-Rhin) et Baudrecourt (Moselle). Plusieurs bus sont mobilisés pour évacuer le reste des passagers, a précisé la préfecture.

Vous êtes à nouveau en ligne