SNCF : un rapport préconise la suppression de quatre trains de nuit et de lignes Intercités

Certains tronçons du réseau Intercités pourraient être supprimés, préconise un rapport remis mardi 26 mai 2015 au ministère des Transports.
Certains tronçons du réseau Intercités pourraient être supprimés, préconise un rapport remis mardi 26 mai 2015 au ministère des Transports. (JEAN AYISSI / AFP)

Commandé par le ministère des Transports, ce document "dresse un constat sévère de l'état du réseau Intercités", selon "Le Parisien/Aujourd'hui-en-France".

Des liaisons Intercités sont menacées. Un rapport commandé par le ministère des Transports, obtenu mardi 26 mai par Le Parisien/Aujourd'hui-en-France et l'AFP, préconise la suppression de quatre trains de nuit et de certaines lignes ou tronçons Intercités. 

Le texte, qui doit être remis dans la journée au gouvernement, "dresse un constat sévère de l'état du réseau Intercités 'une qualité de l'offre continuellement dégradée... des temps de parcours sensiblement augmentés, une régularité qui a régressé'", écrit le quotidien.

Francetv info vous détaille les principales préconisations du document réalisé sous la houlette du député PS du Calvados Philippe Duron.

La disparition de quatre trains de nuit

Ils relient chaque nuit, en couchette ou en siège inclinable, Paris à Hendaye, à la Côte Vermeille ou à la Savoie, et le Nord-Est à la Méditerranée. Mais ils pourraient disparaître : le rapport estime que "le modèle économique des trains de nuit n'est plus viable" et souligne l'intérêt du car.

La suppression de certaines lignes Intercités

Sur le réseau classique, aucune suppression de lignes complètes n'est envisagée. Mais certains tronçons "semblent condamnés", selon Le Parisien. Il s'agit du Hirson-Metz, des tronçons Nantes-Quimper et Bordeaux-Toulouse de la ligne Quimper-Toulouse, de la section Marseille-Nice du Bordeaux-Nice. Des tronçons jugés "surdimensionnés et peu fréquentés".

Des réductions de trains, remplacés par des autobus

Sur d'autres parties du réseau, "le rapport propose des réductions de train (Rouen-Le Havre, Amiens-Boulogne...) ou de remplacer les liaisons ferroviaires par des autobus (Bordeaux-Lyon, Toulouse-Hendaye)", écrit Le Parisien/Aujourd'hui-en-France.

Le renforcement de l'offre sur les lignes "à fort potentiel"

Enfin, précise le journal, "le rapport n'est pas seulement à charge pour le réseau. Il plaide pour un 'renforcement de l'offre Intercités sur les lignes à fort potentiel', comme Paris-Caen ou Paris-Limoges-Toulouse".