Sécurité routière : 81 km de route limités à 80 km/h dès cet été

(La baisse de 90 km/h à 80 km/h de la vitesse maximale autorisée sera expérimentée sur un total de 81 kilomètres sur trois tronçons routiers couvrant quatre départements © Maxppp)

Le ministre de l'Intérieur Bernard Cazeneuve a annoncé ce lundi devant le Conseil national de la sécurité routière les trois tronçons où sera expérimentée la limitation de vitesse à 80 km/h. Le CNSR a par ailleurs proposé une vingtaine de pistes pour faire baisser le nombre de morts sur les routes, reparti à la hausse en 2014.

L'expérimentation débute dès cet été et doit durer deux ans. Sur trois portions de routes secondaires bidirectionnelles identifiés comme "très accidentogènes", soit 81 km de route au total couvrant quatre départements,  la limitation de vitesse va passer de 90km/h à 80 km/h.

Quatre départements concernés 

Un permier tronçon concerné de 49 km sur la RN 151, dont 17 km dans la Nièvre et 32 km dans l'YonneUne deuxième tronçon de 14 kilomètres sur la RN57 en Haute-Saône entre Rioz et Echenoz-le-SecUn troisième tronçon de 18km sur la RN 7 dans la Drôme La limitation à 80 km/h sur toutes les routes secondaires de France pourrait sauver 400 vies par an selon les partisans de la mesure. Selon un dernier sondage, 80 % des Français y seraient opposés. 

Une limitation de vitesse à titre d'expérimentation : "Avant de généraliser une mesure, on s'assure de son efficacité" (Bernard Cazeneuve)
--'--
--'--
             

La fin d'un "passe-droit" pour les conducteurs de véhicules d'entreprise?

Parmi les autres pistes visant à faire baisser le nombre de morts sur les routes - 3.388 victimes en 2014, en hausse de 3,7% par rapport à 2013 - le ministre de l'Intérieur a notamment appelé ce lundi l'ensemble des citoyens à la responsabilité, en réference à ce "privilège" des conducteurs falashés au volant d'une voiture de société et qui bien souvent paient l'amende mais évitent la perte de point(s) sur leur permis de conduire. 

Le CNSR a adopté lundi une recommandation demandant à "remédier aux failles" qui permettent cette pratique.  Il préconise notamment "l'obligation, assortie d'une sanction dissuasive, pour les personnes morales d'assurer la traçabilité temporelle des conducteurs sur leur parc de véhicules". Bernard Cazeneuve ne l'a pas dit aussi clairement, mais il semble lui aussi favorable à la fin de cette pratique.

Le renforcement des radars "double-face"

La sécurité routière mise aussi sur la multiplication des radars qui flashent de face et de dos afin "d'améliorer le taux de lisibilité des plaques et l'identification des conducteurs". Aujourd'hui, la plupart des radars flashent uniquement l'arrière du véhicule, ce qui ne permet pas de prouver qui était au volant au moment de l'infraction.

►►► A LIRE AUSSILes autres principales mesures du plan Cazeneuve pour la sécurité routière