VIDEO. Carburants : "Les gens n'acceptent pas qu'on instrumentalise l'écologie pour faire des impôts", juge Ségolène Royal

RADIO FRANCE / FRANCE INFO

L'ex-ministre socialiste de l'Environnement a dit comprendre que "les citoyens bougent" face à la hausse du prix des carburants, à l'occasion d'une mobilisation nationale le 17 novembre.

Le gouvernement "frappe au moment où le prix du brut s'envole. C'est absurde", a réagi Ségolène Royal, invitée mercredi 7 novembre de franceinfo, à propos des prix du carburant"Je comprends parfaitement que les citoyens bougent. C'est souvent quand les citoyens bougent que les responsables politiques bougent, surtout quand ils n'ont rien compris à ce qui s'est passé", a-t-elle ajouté, en référence à l'action nationale de protestation prévue le 17 novembre.  

Les risques de "l'écologie punitive" 

"La question du pouvoir d’achat est une question absolument cruciale. Les Français n’acceptent pas qu’on instrumentalise l’écologie pour faire des impôts. Les gens sont intelligents, a poursuivi l'ex-candidate PS à la présidentielle de 2017. Ils ont parfaitement compris qu’il n’y avait aucun rapport entre les taxes sur le gasoil, l’essence et l’écologie. C’est ça qui redouble la colère. Quand un décideur politique prend une décision, il faut qu'il l'assume." Selon Ségolène Royal, "si on fait de l'écologie punitive, tous les actes individuels dont on a besoin pour protéger la planète ne se feront pas"

L'actuelle ambassadrice des pôles Arctique et Antarctique a souligné "un paradoxe" et "une contradiction" dans la politique écologique du gouvernement. "On ne peut pas nous dire à la fois que l'on taxe l'essence et le gasoil pour l'écologie et d'un autre côté continuer à donner des permis d'exploration du pétrole" à Total "au large de la Guyane", a-t-elle ajouté. "Les Français se disent : 'il ne faut pas nous prendre pour des gogos'", a conclu Ségolène Royal.  

Vous êtes à nouveau en ligne