Les annonces d'Édouard Philippe peinent à convaincre les "gilets jaunes"

Comment les "gilets jaunes" ont-ils réagi aux annonces du Premier ministre, mardi 4 décembre ? La plupart les ont jugé insuffisantes et trop tardives.

Le nez dans les journaux, les manifestants sont à la recherche des propositions du gouvernement. Toute la journée, sur un rond-point près de Clermont-Ferrand (Puy-de-Dôme), les "gilets jaunes" ont guetté les annonces du Premier ministre, mardi 4 décembre. Un camp retranché, occupé jour et nuit depuis près de deux semaines. Sur les téléphones portables, les rumeurs du matin évoquent un premier geste du gouvernement. Florence, femme de ménage, est engagée auprès des "gilets jaunes" depuis le 17 novembre dernier. Selon elle, si le gouvernement ne répond pas aux revendications, le mouvement continuera.

Pas question de lever le camp

"Les gens viennent de plus en plus chaque jour, c'est formidable. La solidarité des gens est énorme", témoigne une manifestante. Vers 12h, le Premier ministre détaille les mesures proposées et déclare suspendre, sur une durée de six mois, les mesures fiscales. Pas question de lever le camp pour Florence et les autres, qui sont insatisfaits de ces propositions.

Le JT
Les autres sujets du JT
Vous êtes à nouveau en ligne