"Gilets jaunes" : en attendant la parole présidentielle

Le président de la République va s’exprimer devant les Français lundi 10 décembre. Mais la mobilisation continue, et personne ne veut lâcher sur les ronds-points.

À Châteauneuf-les-Martigues (Bouches-du-Rhône), un vent de colère souffle. Loin des violences des grandes villes, on reste mobilisés. Sur un des ronds-points de la ville, quelques manifestants entretenaient encore le feu dimanche 9 décembre. Le recul du gouvernement sur les taxes n’a convaincu personne. "Il nous donne d’un côté et va reprendre de l’autre. On veut plus, du pouvoir d’achat et offrir un avenir meilleur à nos enfants", explique un "gilet jaune". "Il y a des gens qui vivent avec 800 euros à la retraite, certains travaillent pour 900 euros …ce ne sont pas des payes ça. Voilà pourquoi on se bat, pour le pouvoir d’achat".

Lutte pour le pouvoir d’achat

Pour survivre, ils ont constitué un stock de vivres alimenté par les dons des gens. L’allocution d’Emmanuel Macron, ils l’attendent, cela peut pourrait être un tournant de la crise, estiment-ils. "Il s’occupait trop des riches. Ça fait que les gens sont révoltés, il faut qu’il reprenne le dialogue", estime un retraité. "Qu’il arrête de nous écraser, de nous asphyxier. Si on le laisse faire, des gens comme moi vont se retrouver dans des favelas comme à Rio", estime un autre manifestant. Ils sont prêts à manifester s’ils sont encore déçus par le chef de l’État.

Le JT
Les autres sujets du JT
Vous êtes à nouveau en ligne