"Gilets jaunes" : deux ans après, que sont devenues les grandes figures ?

Deux ans après le lancement des "gilets jaunes", où en est le mouvement ? Franceinfo est allé à la rencontre de trois des grandes figures, qui ne sont plus si enthousiastes.

Du jour au lendemain, ces anonymes ont été placés sur le devant de la scène. Leur vie a basculé. Mais deux ans après le début des "gilets jaunes", que sont devenues les figures du mouvement ?

Jacline Mouraud, l'instigatrice, raconte : "Moi, le jour où j'ai fait ma vidéo, ma vie a commencé à changer à partir de ce jour-là, le 18 octobre 2018. Au départ c'était la solidarité, on était tous dans la même panade. Mais au fil du temps, ça a été complètement dévoyé. 'Les gilets jaunes' c'est aussi l'enfer, j'ai été obligée de rester enfermée ici pendant trois semaines, c'étaient des menaces de mort perpétuelles", raconte-t-elle aujourd'hui.

"Ma vie est complètement foutue en l'air"

Pour Jérôme Rodrigues, la situation n'est guère plus positive. "Ça faisait des années que j'attendais que cette population française, qu'on appelle invisible, se réveille. Quand je suis arrivé sur les premières manifs, j'ai filmé (…) aujourd'hui, ma vie est complètement foutue en l'air, j'ai tout perdu, j'ai ruiné ma famille, ma vie, je n'ai plus de logement. Il m'a pris beaucoup de choses", déplore-t-il.

Enfin pour Maxime Nicolle, sa vie a aussi changé. "J'ai créé très rapidement un groupe sur Facebook : 'Fly Rider infos blocage'. Presque 180 000 personnes ont adhéré en l'espace d'à peine un mois. On fait partie des gens qui ont des menaces de mort assez régulièrement. J'ai été embauché par un média indépendant (Quartier général). Le contrat s'est terminé le 22 septembre à cause du coronavirus. Les boîtes d'intérim me disent que c'est compliqué d'envoyer un CV", avoue-t-il. Un quotidien délicat, mais tous sont unanimes, si c'était à refaire, ils le referaient.

Vous êtes à nouveau en ligne