"Gilets jaunes" : communication chaotique du gouvernement

Voir la vidéo
FRANCE 3

Édouard Philippe a-t-il été désavoué par Emmanuel Macron ? Retour sur les couacs et quiproquos de ces derniers jours. 

Mercredi 5 décembre, Édouard Philippe quitte à peine l'Hémicycle qu'il est corrigé par le chef de l'État. L'Élysée fait savoir que la hausse des taxes sur les carburants est tout simplement annulée pour 2019. L'information est confirmée un peu plus tard par François de Rugy, ministre de la Transition écologique. À l'Assemblée nationale, Édouard Philippe avait ouvert la porte à ce renoncement, mais pas de manière précise. "Si nous ne trouvons pas les bonnes solutions, alors, nous n'appliquerons pas cette taxe", avait-il déclaré.

Couacs sur l'ISF

Jeudi 6 décembre au matin, la droite demande à Emmanuel Macron d'annoncer lui-même cette décision. "Pour que ce message soit entendu, il faut également qu'il soit exprimé au plus haut niveau de l'Etat", a demandé Laurent Wauquiez au micro d'Europe 1. Autre sujet d'incompréhension entre l'Élysée et le gouvernement : l'impôt sur la fortune. Certains ministres avaient évoqué un rétablissement de l'ISF, mais pas question a répondu le Chef de l'État, relayé par le ministre de l'Économie, Bruno Le Maire. Édouard Philippe est attendu jeudi 6 décembre après-midi au Sénat, pour défendre une nouvelle fois le plan de l'exécutif pour sortir de la crise.

Le JT
Les autres sujets du JT
Vous êtes à nouveau en ligne