Près de 36 heures de retard pour un vol Toulouse-Malaga, la police intervient pour calmer les passagers

Excédés par l\'attente, des passagers se sont énervés dans le hall de l\'aéroport de Toulouse, obligeant la police à intervenir
Excédés par l'attente, des passagers se sont énervés dans le hall de l'aéroport de Toulouse, obligeant la police à intervenir (PASCAL PAVANI / AFP)

120 passagers d'un vol Toulouse-Malaga (Espagne) ont été victime d'un retard de 36h, en raison d'un problème technique. Face à l'absence d'informations, les esprits se sont échauffés, la police a dû intervenir pour calmer les passagers furieux.

Les passagers d'un vol JetAirFly Toulouse-Malaga (Espagne), qui devait décoller samedi 3 septembre à 6h de l'aéroport de Blagnac ont appris le lendemain matin que leur avion partirait finalement à 17h40, en raison d'un problème technique, soit près de 36 heures après l'horaire prévu, selon les informations de France Bleu Toulouse.

Les 120 voyageurs avaient été convoqués samedi à 4h pour prendre leur avion à 6h… en vain. Ils ont passé la journée à attendre dans le hall d'embarquement : "Jusqu'à midi, l'ambiance était relativement calme, la pression est montée vers 15 heures, certains ont poussé une gueulante, la police a dû venir les calmer !" explique à France Bleu un jeune homme qui a perdu "deux jours de location de voiture et une visite de l'Alhambra pour 70 euros par personne programmée ce dimanche."

"16 heures 30 dans un terminal, où on a mangé un pauvre sandwich triangle avec une bouteille d'eau" raconte également un autre passager.

En soirée, ces voyageurs ont été envoyés à l'hôtel, et priés de revenir à l'aéroport le lendemain matin.

Comme il s'agit d'un vol charter, des passagers étaient également coincés à Marseille, et, en Espagne, une centaine de Toulousains attendaient de pouvoir rentrer en France : "Je reprends le travail lundi, j'espère qu'on va finir par partir !" sourit l'un d'eux, joint par France Bleu.

Contactée par la rédaction, la compagnie JetAirFly n'a pas souhaité s'exprimer.

Vous êtes à nouveau en ligne