DIRECT. Pénurie de carburant : fin des restrictions d'achat dans le Grand Ouest, les automobilistes peuvent faire le plein

Des syndicalistes bloquent le passage des camions sur le pont de Normandie, au Havre (Seine-Maritime), le 25 mai 2016.
Des syndicalistes bloquent le passage des camions sur le pont de Normandie, au Havre (Seine-Maritime), le 25 mai 2016. (CHARLY TRIBALLEAU / AFP)

Les blocages continuent dans toute la France : outre les raffineries et les dépôts, des militants CGT ont perturbé l'accès au pont de Normandie.

La pénurie d'essence continue de s'étendre dans les stations-service de France : l'application collaborative Essence, qui dresse une carte des sites concernés, dénombre 4 061 stations en état de pénurie partielle ou totale, mercredi 25 mai. Près de 40% des stations répertoriées par le service sont donc concernées. Pour faire face, depuis deux jours, la France puise dans ses stocks stratégiques de carburants, a indiqué l'Union française des industries pétrolières.

Pas de réquisition. L'hypothèse d'une réquisition d'employés dans les raffineries en grève n'a "pas été évoquée", a indiqué le porte-parole du gouvernement Stéphane Le Foll.

Le mouvement se poursuit et s'étend. Outre les blocages de raffineries et de dépôts, les employés du terminal pétrolier du Havre (Seine-Maritime) ont fermé les vannes, mardi après-midi. C'est là que transitent 40% des importations françaises de carburant. Et à Nogent-sur-Seine (Aube), les salariés d'une centrale nucléaire ont voté la grève et l'arrêt de la production d'électricité. Des opposants à la loi Travail ont eux bloqué l'accès au pont, qui relie Le Havre (Seine-Maritime) et Honfleur (Calvados).

Un dépôt débloqué à Douchy-les-Mines. Il était bloqué depuis jeudi. 80 militants syndicaux de la CGT et de SUD étaient présents sur le site, mercredi matin. L'intervention des CRS, à 5 heures du matin, a duré une heure. "Les CRS sont allés vite, ils ont utilisé le canon à eau. On sent les forces de l'ordre sur les nerfs", a estimé un porte-parole de SUD.

Fin des restrictions dans l'OuestL'ensemble des préfets du Grand Ouest vont lever leurs arrêtés de restriction d'approvisionnement en carburant "compte tenu des efforts très importants réalisés pour approvisionner le réseau des stations-services", annonce la préfecture de la zone de défense et de sécurité ouest.

23h52 : Rappelons qu'une éventuelle baisse d'électricité dépendra du nombre de grévistes et de la phase de production, qui permet ou non des baisses de charge.

23h52 : Des précisions sur la grève de demain. Au moins 16 des 19 centrales nucléaires de l'Hexagone ont voté un arrêt de travail. Par ailleurs, selon un porte-parole de la CGT Energie, trois centrales thermiques sont déjà à l'arrêt : Cordemais (Loire-Atlantique), Gardanne (Bouches-du-Rhône) et Porcheville (Yvelines).

21h33 : Face au blocage dénoncé par le gouvernement, la fermeté a comme un air de déjà-vu. "L'œil du 20 heures" a cherché dans ses archives. Il y a six ans, les rôles entre l'opposition et la majorité étaient inversés. Pendant la réforme des retraites, Manuel Valls reprochait "l'absence de dialogue social", tout comme François Hollande.

(FRANCE 2)

20h50 : Pourquoi ces arrêtés de restriction d'approvisionnement en carburant vont-ils être levés ? Parce qu'il y a eu "des efforts très importants réalisés pour approvisionner le réseau des stations-service avec des quantités livrées dépassant les pics habituels", explique la préfecture de la zone de défense et de sécurité Ouest.

20h43 : Cependant, les interdictions d'emporter du carburant dans des récipients annexes (jerricans, bidons, etc..) sont maintenues.

20h41 : Ce sont les préfectures qui avaient décidé de restreindre l'achat de carburants. En Ille-et-Vilaine, par exemple, les quantités étaient limitées à 20 litres par voiture, rappelle Ouest-France.

20h41 : Les arrêtés de restriction d'approvisionnement en carburant vont être levés dans tout le Grand Ouest.

21h35 : Outre le mouvement dans les centrales nucléaires, les salariés d'au moins quatre centrales thermiques classiques ont également décidé de cesser le travail. Une unité de stockage de gaz dans le sud de la France sera également bloquée.

21h35 : "On appelle à ce que le mouvement soit fort et qu'il monte en puissance parce qu'on sent bien qu'il faut que les salariés pèsent de tout leur poids pour que le gouvernement les entende enfin."

Le mouvement dans l'énergie porte également sur des revendications propres au secteur, notamment l'emploi.

21h35 : "On n'arrête pas une centrale nucléaire comme ça, ce n'est pas comme une centrale thermique ou un barrage hydraulique."

Le mouvement a débuté depuis dix minutes et devrait entraîner des baisses de charge, mais non l'arrêt des centrales, précise la porte-parole de la fédération de l'énergie et des mines de la CGT.

21h34 : #TRAVAIL Les personnels des 19 centrales nucléaires françaises votent la grève pour demain, journée nationale d'action contre la loi Travail.

17h42 : Depuis que l'économie française dépend du pétrole, le blocage des raffineries et des dépôts de carburant est un moyen de pression bien connu des grévistes. En 1968, comme en 2010 contre la réforme des retraites, les automobilistes se ruent à la pompe, par crainte de manquer, au risque de précipiter eux-mêmes la pénurie. Plongée dans les archives de France 2 et France 3.


(FRANCETV INFO)

17h34 : La centrale nucléaire de Chinon (Indre-et-Loire) sera bloquée dès ce soir à partir de 21 heures, rapporte France 3 Centre-Val de Loire. A l'instar de la centrale de Nogent-sur-Seine (Aube), la grève a été votée par les salariés, qui exigent le retrait de la loi Travail.

17h21 : Le trafic ferroviaire sera moins bloqué demain qu'aujourd'hui, indique la SNCF. 4 TGV sur 5 vont circuler, 4 Transilien sur 5, 3 Intercités sur 5 et 2 TER sur 3. Le trafic sur le RER sera quasi normal.

14h11 : qui peut répondre? pourquoi la CGT est-elle si engagée et pas les autres syndicat ? Pourquoi est-elle si violente?

14h11 : Quels articles consultez-vous le plus en ce début d'après-midi ?

La carte sur les stations-essence en pénurie de carburant est toujours le contenu le plus consulté, suivi des conséquences de la grève à la centrale nucléaire de Nogent-sur-Seine.

• Après l'appel à la grève des syndicats de cheminots et de l'aviation civile, notre article sur les difficultés à attendre dans les transports ces prochains jours vous intéresse.

Ce reportage du "Grand Soir 3" sur l'arrivée des familles des victimes et des rescapés des attentats du 13 novembre devant les juges figure aussi en bonne place.

12h40 : Alors que le gouvernement confirme le recours à 3 jours de stocks stratégiques sur 115, redoutez-vous que cette situation entraîne une paralysie du pays ? C'est la question du jour du "Grand Soir 3".

12h05 : "Nous avons utlisé les stocks de réserve stratégique de manière marginale, à hauteur de 3 jours sur 115 jours de stocks."

Le secrétaire d'Etat aux Transports s'est exprimé à la sortie du conseil des ministres. Il souligne que la consommation de carburants est trois fois plus élevée que la normale. Selon lui, 40% des stations-service sont en difficulté en Ile-de-France, mais la situations s'améliorerait dans l'Ouest.

12h05 : L'équipe du "20 Heures" de France 2 recherche des personnes qui vont faire du covoiturage aujourd'hui en raison de la pénurie de carburant. Si vous acceptez de témoigner devant les caméras du JT pour expliquer pourquoi et comment vous vous êtes organisés, et que vous vous trouvez dans les régions de Rennes, Poitiers ou en Ile-de-France, vous pouvez contacter la journaliste de France 2 Carole Guyon sur la boîte mail suivante : carole.guyon[at]francetv.fr

11h56 : La pénurie de carburants donne des idées à certains. Un habitant du Morbihan a posté une annonce sur le site Le Bon coin pour mettre en vente 54 jerricans de carburant, rapporte Ouest-France. "Je mets en vente les quelques petites réserves que j'ai pu faire dernièrement à cause de la panique générale", écrit-il.



11h49 : Le secrétaire d'Etat aux Transports, Alain Vidalies, a publié au Journal officiel un arrêté permettant aux transporteurs d'hydrocarbures de déroger aux règles en matière de temps de conduite et de repos. Objectif : faciliter l'approvisionnement de plusieurs régions en manque de carburants.

11h42 : La France a commencé depuis deux jours à puiser dans ses réserves stratégiques de pétrole. Le président de l'Union française des industries pétrolières (Ufip), Francis Duseux, assure que la France dispose de trois mois de réserves. Plus de détails dans notre article.

11h38 : Interrogé sur LCP, Bruno Le Roux, qui dirige le groupe socialiste à l'Assemblée nationale, dit être prêt à une évolution sur l'articulation entre accord de branche et accord d'entreprise. Il s'agit du principal point de blocage entre le gouvernement et les opposants au texte.

11h35 : Le patron des députés PS, Bruno Le Roux, se dit prêt à une évolution du projet de loi Travail.

11h03 : Dites-vous "faire de l'essence" ou "faire le plein" ? En plein contexte de pénurie de carburants, la question anime depuis plusieurs jours notre rédaction. Venez répondre à notre sondage en cliquant sur ce lien.

10h44 : "Je soutiens les salariés qui ont choisi la grève. Mais cela ne peut pas être une confédération nationale qui appuie sur un bouton pour mettre en grève des salariés."

Le secrétaire général de Force ouvrière estime que "la balle est dans le camp du gouvernement".




10h04 : Les salariés de la centrale nucléaire de Nogent-sur-Seine (Aube), réunis en assemblée générale, ont voté la grève et l'arrêt de la production d'électricité hier soir. Est-elle à l'arrêt ? Faut-il s'attendre à des coupures d'électricité ? Réponses dans notre article.



(ALAIN JULIEN / AFP)

09h04 : Les compagnies pétrolières françaises utilisent depuis deux jours les stocks de réserves stratégiques, indique le président de l'Union française des industries pétrolières (Ufip), Francis Duseux, sur RMC.

08h54 : L'hypothèse d'une réquisition d'employés dans les raffineries en grève n'a "pas été évoquée", selon le porte-parole du gouvernement, sur France Info. "L'Etat et le gouvernement feront ce qu'il faut pour libérer un certain nombre de ces raffineries ou de ces stocks et pour assurer l'approvisionnement pour les Français", déclare cependant Stéphane Le Foll.

08h54 : Un référendum sur la loi El Khomri pour débloquer la situation ? "C'est ma suggestion", déclare Arnaud Montebourg sur BFMTV. L'ex-ministre de l'Economie confie aussi qu'il aurait signé la motion de censure de gauche contre le gouvernement s'il était député.

08h33 : "Il est hors de question que le gouvernement renonce à ses engagements, que ce soit en retirant la loi ou en la vidant de sa substance."

Dans un entretien au Parisien, le secrétaire général de la CFDT regrette les "postures" du gouvernement et de la CGT. Pour lui, un retrait du texte "serait un coup dur pour les salariés car ils perdraient le bénéfice des nouveaux droits reconnus".

08h26 : Si vous habitez en Normandie et que vous avez réussi à trouver de l'essence, vous n'êtes peut-être pas au bout de vos peines. Le pont de Normandie est actuellement bloqué à la circulation à cause d'une action de militants de la CGT.




(CHARLY TRIBALLEAU / AFP)



08h17 : Est-ce que le gouvernement compte agir pour la pénurie de carburants car à part dire qu'il n'y a pas de problèmes. Je ne vois pas le gouvernement annoncer des mesures pour venir en aide aux salariés qui en ont besoin de ce carburant pour travailler.

08h16 : Ça c est scandaleux bloquer un bus de substitution, empêcher des gens d aller travailler en bloquant des sites ! C'est ça la démocratie !

08h16 : On peut supprimer l'Assemblée Nationale et le Sénat et instituer un régime dictatorial avec Martinez à sa tête,puisque c'est la rue qui décide. Hollande devrait prendre les pleins pouvoirs et l'article 16 pour remettre de l'ordre.

08h16 : Vous êtes nombreux dans les commentaires à vous désoler du climat social actuel. Voici quelques-une de vos réactions.

07h58 : Dans vos journaux ce matin, l'actualité sociale est omniprésente. "Qui va céder ?" s'interroge Midi Libre.



07h42 : "Il n'y a aucun risque de blocage de l'économie. Le gouvernement utilisera tous les moyens à sa disposition."

Le ministre de la Justice est l'invité des "4 Vérités" sur France 2.

07h14 : La situation est tendue également à Brest (Finistère), où militants syndicaux et forces de l'ordre se font face à proximité du dépôt de carburants de la ville. Un journaliste du Monde se trouve sur place.

06h51 : Voici une image impressionnante du déblocage par les CRS du dépôt de Douchy-les-Mines, tweetée par France Bleu Nord.

06h51 : En étendant le mouvement au secteur pétrolier, la CGT joue son va-tout, et montre les muscles face à un gouvernement intransigeant. Francetv info se penche sur la stratégie du syndicat et vous explique dans cet article pourquoi la CGT durcit le mouvement.



(STEPHANE MAHE / REUTERS)

Vous êtes à nouveau en ligne