Pénurie de carburant : 25 navires affectés par le blocage des terminaux pétroliers de Fos-sur-Mer et Lavera

Un salarié de la raffinerie de Donges participe à un blocage pour protester contre la loi Travail, le 24 mai 2016.
Un salarié de la raffinerie de Donges participe à un blocage pour protester contre la loi Travail, le 24 mai 2016. (JEAN-SEBASTIEN EVRARD / AFP)

Plus tôt, Manuel Valls avait affirmé que "d'autres sites [seraient] libérés", après l'intervention policière pour débloquer la raffinerie de Fos-sur-Mer, mardi matin.

Pour François Hollande, le blocage de plusieurs raffineries et dépôts de carburants par des opposants à la loi Travail est "une stratégie portée par une minorité". Le président de la République, invité de France Culture, mardi 24 mai, a dénoncé pour la première fois ce mouvement.

>> Pénurie de carburants : y a-t-il encore de l'essence près de chez vous ? Consultez notre carte

 Toutes les raffineries en grève selon la CGT. La raffinerie de Notre-Dame-de-Gravenchon (Seine-Maritime) est devenue, mardi, la dernière des huits raffineries françaises à voter le mouvement, en réaction à l'intervention des forces de l'ordre à Fos-sur-Mer. Plusieurs dépôts de carburant sont également touchés.

 Intervention tendue à Fos-sur-Mer. Quelques centaines de militants CGT bloquaient depuis la nuit de dimanche à lundi les accès au site. Ils ont opposé "une résistance importante" et jeté des projectiles sur les forces de l'ordre, selon une source policière. D'après la CGT, les forces de l'ordre ont fait usage de gaz lacrymogènes et de canons à eau et chargé "sans sommation".

 La grève s'étend au port du Havre. Le personnel des terminaux pétroliers du port du Havre, qui assure 40% des importations françaises de carburant, a voté la grève lundi soir. Une grève qui s'ajouterait aux blocages qui, à des degrès divers, affectent l'activité de six raffineries, outre Fos-sur-Mer, et plusieurs dépôts de carburant.

20% des stations-service "fermées ou en grande difficulté"C'est le chiffre avancé lundi soir par le secrétaire d'Etat aux Transports, Alain Vidalies, qui estime que la situation ne se dégrade pas. Les autorités mettent en partie ces difficultés sur le compte des "approvisionnements de précaution" que "rien ne justifie". Découvrez sur cette carte quelles sont les stations touchées.

22h46 : Selon le gouvernement, les stations services ont été réapprovisionnées même si la situation "reste délicate".

22h34 : Et pour poursuivre sur les conséquences de la contestation à la loi Travail, je vous invite à lire ou relire des ces articles sur la pénurie de carburants.

- L'Etat peut-il interdire les blocages de raffineries ? Francetv info a posé la question à des avocats spécialistes du droit du travail.

- Y a-t-il encore de l'essence près de chez vous ? La réponse avec notre carte.

20h07 : Le PDG de Total a menacé de "réviser sérieusement" les projets d'investissements du groupe pétrolier prévus en France, en raison du blocage total ou partiel de ses cinq raffineries. La CGT dénonce un chantage, comme on vous l'explique dans cet article.

Des camions patientent devant le dépôt de carburant de Frontignan (Hérault), le 24 mai 2016.

(YANN CASTANIER / HANS LUCAS / AFP)

18h20 : Voici les principaux titres de cette fin de journée.

Les 8 raffineries françaises sont toujours en grève. Notre journaliste Mathieu Dehlinger s'est rendu au terminal pétrolier de Saint-Nazaire (Loire-Atlantique) où des grévistes demandent le retrait de la loi Travail. Voici son reportage.

• La CGT appelle à la grève reconductible chaque jour à partir du mardi 31 mai. Elle rejoint ainsi l'appel lancée par l'Unsa et la CFDT, dans le cadre des négociations lancées sur les conditions de travail des cheminots.

Le Français Jo-Wilfried Tsonga affronte en ce moment l'Allemand Jan-Lennard Struff sur le court Philippe-Chatrier. Il mène 6-3 et 5-3. Un match à suivre en direct sur Francetv Sport.

La filiale française du géant américain est visée par une enquête préliminaire pour "fraude fiscale aggravée et blanchiment en bande organisée". Notre journaliste Benoît Zagdoun vous détaille l'affaire dans cet article.

16h24 : 25 navires transportant des hydrocarbures et du gaz sont paralysés par le blocage des terminaux pétroliers de Fos-sur-Mer (Bouches-du-Rhône) et Lavéra (Bouches-du-Rhône). Les salariés grévistes empêchent le chargement et déchargement des navires.

15h31 : Après une heure et demie d'intervention, les forces de l'ordre ont repris le contrôle d'un rond-point bloqué près de la raffinerie de Fos-sur-Mer (Bouches-du-Rhône) par des militants de la CGT. Les affrontements ont fait plusieurs blessés légers chez les policiers et les manifestants.




(FRANCE 2)

15h17 : Le quartier industriel de Saint-Nazaire a été bloqué ce matin par des opposants à la loi Travail. J'ai discuté avec des grévistes. Beaucoup se sentent "trahis" par le chef de l'Etat.

La raffinerie de Donges, près de Saint-Nazaire, le 24 mai 2016. 

(MATHIEU DEHLINGER / FRANCETV INFO)

15h13 : "Nous respecterons toujours la liberté syndicale, la liberté de manifester (...) Nous devons rester fermes lorsqu'il s'agit de bloquer des ronds-points, ce qui n'est ni le droit de grève, ni le droit de manifester."

La ministre du Travail répond aux questions des députés à l'Assemblée nationale.

13h51 : Bonjour @Anonyme. Tout salarié d'une entreprise peut utiliser son droit de grève. Pour qu'il soit valable, il faut qu'il y ait un arrêt total du travail, un accord entre les salariés, et des revendications communes. Vous pouvez consulter le site Service-public.fr pour plus de détails.

13h43 : Pouvez-vous rappeler les règles légales du droit de grève?

13h43 : "Manifester est un droit, casser n'est pas un droit. (...) Il faut faire cesser cette situation. Le gouvernement s'est mis dans un mauvais pas en engageant une réforme qu'il n'avait pas annoncée, en prenant à contre-pied à la fois ses électeurs et ses parlementaires."

Le maire Les Républicains de Bordeaux a réagi face à la presse au blocage des huit raffineries de France.

13h08 : Quels sont les contenus les plus populaires en ce début d'après-midi ?

Vous êtes toujours nombreux à consulter notre carte de France sur les stations essence en situation de pénurie.

Après la victoire de l'écologiste Alexander Van der Bellen à l'élection présidentielle hier, notre analyse sur la situation de l'extrême droite dans le pays vous intéresse toujours.

Cassette porno, escapades nocturnes... Les petits secrets de Clairefontaine, le quartier général des Bleus, vous plaisent aussi.

12h48 : Notre journaliste Matthieu Dehlinger se trouve toujours à la raffinerie de Donges (Loire-Atlantique), où certains médias font les frais de la colère des manifestants.

12h34 : Après le déblocage ce matin du dépôt pétrolier de Fos-sur-Mer (Bouches-du-Rhône), les forces de l'ordre doivent-elles débloquer toutes les raffineries par la force ? C'est la question du jour du "Grand Soir 3".

12h04 : Après le déblocage du site de Fos-sur-Mer, la CGT des Bouches-du-Rhône proteste contre "un usage inacceptable de la violence" de la part des forces de l'ordre. "Ils nous traitent comme des terroristes alors que nous sommes des travailleurs", dénonce la CGT, qui évoque l'utilisation de "gaz" et de "canons à eau" pour déloger les manifestants.

11h17 : "Ce qui est inacceptable, c'est de voir des Français être obligés de faire la queue pendant une demi-heure, 45 minutes à leur station service, de prendre en otage l'économie. Ce qui est inacceptable, c'est qu'une minorité veuille prendre en otage notre pays."

Depuis la Cisjordanie où il est en déplacement, Manuel Valls s'exprime une nouvelle fois sur la pénurie de carburants.

11h10 : En direct du piquet de grève de la raffinerie de Donges (Loire-Atlantique), on retrouve notre journaliste Mathieu Dehlinger sur Twitter.

10h00 : François Hollande, invité de France Culture, dénonce "un blocage" décidé "par une minorité".

09h39 : Certains automobilistes s'étonnent d'une hausse des prix à la pompe à essence, en pleine pénurie de carburants. Mais en réalité, ces deux événements n'ont aucun lien. Cette hausse est liée à une augmentation du prix du baril de pétrole, comme nous l'expliquons dans notre article.

09h23 : "Ça suffit, c'est insupportable de voir les choses ainsi." Le Premier ministre Manuel Valls a commenté les blocages des raffineries, sur Europe 1. "La CGT trouvera une réponse ferme de la part du gouvernement. Nous continuerons à évacuer les sites et dépôts bloqués par cette organisation."






EUROPE 1

09h20 : Les accès aux dépôts pétroliers à Lorient et Brest sont également bloqués par des opposants à la loi Travail. A Lorient, des feux de palettes ont été allumés par quelque 150 à 200 manifestants de la CGT, de Sud et de FO. A Brest, entre 150 et 200 manifestants, appartenant à FO, Nuit Debout et le collectif brestois contre la loi travail, occupent deux des trois ronds-points du port.

08h56 : "On a besoin de syndicats responsables. Une grande organisation syndicale comme la CGT ne doit pas évoluer comme un groupuscule violent, ce n'est pas leur vocation." La députée Nathalie Kosciusko-Morizet (Les Républicains) a commenté, sur France 2, le blocage des raffineries par la CGT.



(FRANCE 2)

08h45 : "Nous sommes face à un gouvernement autoritaire, qui refuse tout débat social, tout débat politique."

Invité de BFMTV, le leader de la CGT se défend de pratiquer toute forme de "chantage" pour obtenir le retrait de la loi Travail.

08h41 : "Nous continuerons à évacuer les sites et dépôts qui sont bloqués par la CGT", affirme Manuel Valls sur Europe 1. La CGT "trouvera une réponse extrêmement ferme" de la part du gouvernement. Pour le Premier ministre, la CGT se trouve "dans une impasse".

08h32 : "D'autres sites seront libérés", promet Manuel Valls, après le déblocage de la raffinerie et du dépôt de Fos-sur-Mer.

08h18 : La grève est désormais votée dans huit raffineries sur huit en France, selon Emmanuel Lépine, secrétaire fédéral du secteur pétrole de la CGT. Cela ne signifie pas pour autant que la production est totalement arrêtée. A la raffinerie ExxonMobil de Notre-Dame-de-Gravenchon (Seine-Maritime), par exemple, Emmanuel Lépine s'attend "au minimum à une baisse du débit de 50%".

08h05 : La CGT annonce que les huit raffineries de France sont en grève.

07h56 : Après le déblocage des accès à la raffinerie et au dépôt de Fos-sur-Mer (Bouches-du-Rhône), voici à quoi ressemblent les alentours, grâce à cette photo tweetée par un journaliste de l'AFP.

07h06 : La CGT devient le mouton noir. En fait les syndicalistes sont à leur manière des "lanceurs d'alerte". La loi sur le travail, que le gouvernement veut à tout prix imposer, sans concessions, n'est pas acceptable en l'état. Il n'est pas trop tard, il faut juste avoir la modestie de se remettre en question...

07h05 : C'est une bonne nouvelle car ces blocages de raffineries sont en train de couler les toutes petites entreprises qui ne peuvent plus travailler sans compter que dans le secteur du tourisme, les annulations sont nombreuses alors que le début de saison est plus que poussif.

07h05 : Enfin une action pour faire respecter la libre circulation et l'état de droit.Si les français désapprouvent la loi El Khomri,ils détestent la prise en otage de la CGT et ses sbires.

07h12 : Vous réagissez ce matin au déblocage du site de Fos-sur-Mer (Bouches-du-Rhône) par les forces de l'ordre.

07h12 : "Les forces de l'ordre tiennent le périmètre pour éviter toute réimplantation de barrages."

Interrogé sur BFMTV, le préfet de police des Bouches-du-Rhône fait un point sur la situation à Fos-sur-Mer, où les accès à la raffinerie et au dépôt de carburants ont été débloqués par les forces de l'ordre dans une atmosphère tendue. "La réponse des policiers était proportionnée aux nombreux jets de projectiles dont ils ont été la cible dès leur arrivée", assure le préfet de police.

06h19 : La raffinerie et le dépôt de carburants de Fos-sur-Mer sont débloqués, selon la préfecture de police, qui annonce la fin de l'opération policière.

07h23 : "Les gardes mobiles sont arrivés vers 4h30 et ont fait usage de canons à eau et de gaz lacrymogènes pour faire partir les militants."

Plusieurs centaines de militants CGT de différentes professions bloquaient depuis dimanche le plus important dépôt pétrolier de France, qui dessert les trois raffineries et le complexe pétrochimique de l'étang de Berre.

07h23 : Les forces de l'ordre interviennent depuis 4h15 à Fos-sur-Mer (Bouches-du-Rhône). Plus de 200 militants de la CGT opposent une "résistance importante", selon la police.

06h04 : Une intervention des forces de l'ordre est en cours pour dégager les accès à la raffinerie Esso ainsi qu'au dépôt de carburants de Fos-Sur-Mer.

Vous êtes à nouveau en ligne