Le bureau du maire, lieu des doléances

Selon une enquête, 1 maire sur 2 ne souhaite pas se représenter aux prochaines élections municipales. Ces élus locaux sont essentiels et recueillent notamment les doléances de leurs administrés, comme Bruno Lafon à Biganos, en Gironde.

Chaque week-end, les habitants de Biganos (Gironde) peuvent obtenir un rendez-vous avec le maire. Bruno Lafon, exploitant forestier, élu sans étiquette, les reçoit dans l'intimité de son bureau. Beaucoup viennent exposer leurs projets comme l'agrandissement d'une maison. La difficulté pour l'élu est de satisfaire les administrés tout en respectant la réglementation nationale. "On nous fait appliquer des lois en commune qui sont contraires à nos territoires", explique le maire. Les rendez-vous s’enchaînent toutes les demi-heures : un homme vient avec sa soeur, car il se retrouve sans maison après une séparation. Le maire lui a redonné un peu d'espoir. "On fait le psy, on fait le banquier, car on donne conseils, le notaire... Il faut être polyvalent", explique Bruno Lafon.

Ne pas le faire pour la reconnaissance

Un couple désespéré se présente devant le maire, car leur fils souffre d'un handicap visuel important et il ne trouve pas d'emploi. Ils s'inquiètent pour son avenir. L'élu promet de tenter une démarche auprès d'un employeur de la commune. Bruno Lafon affirme qu'il rend toujours ces services avec plaisir. "Il ne faut surtout pas le faire pour la reconnaissance, mais pour l'intérêt de sa collectivité, de son territoire", affirme-t-il. Lorsqu'il ferme sa mairie, c'est pour aller voir des administrés en gilet jaune et leur annoncer qu'il a été tiré au sort pour un rendez-vous mardi 20 novembre à l'Élysée avec le président de la République.

Le JT
Les autres sujets du JT
Vous êtes à nouveau en ligne