Marseille reste la ville la plus embouteillée de France

(Les embouteillages sur l'A50 en direction de Marseille © MaxPPP)

TomTom, le fabricant de GPS, publie ce mardi son baromètre des villes les plus embouteillées de France. Paris occupe la deuxième place de ce classement. Et pour la cinquième année consécutive, Marseille arrive en tête.

TomTom, le leader mondial de la navigation et de la cartographie, sort son baromètre des villes les plus embouteillées de France. Paris y occupe la seconde place, avec en moyenne une augmentation de 36 % par rapport aux temps de parcours réels. Montpellier, Bordeaux, Lyon ou Nice sont à plus de 10 points derrière. Et pour la cinquième année consécutive, Marseille arrive en tête, avec un indice de 38 %.

153 heures par an dans les bouchons

Un automobiliste marseillais passe en moyenne 153 heures par an dans les bouchons pour aller travailler. Certes, la topographie de la ville, encerclée de collines et bordée par la mer ne facilite pas les choses, sans compter l’incivilité chronique. Le résultat, selon l’indice établi par TomTom, donne un temps de parcours moyen augmenté de 38%. Alors les Marseillais s'organisent comme ils peuvent. Pour Sylvie par exemple, fonctionnaire à la mairie de Marseille, un trajet classique de trois quarts d’heure peut souvent se transformer en un trajet de deux heures. Une seule solution : emprunter les tunnels à péage. "Je préfère payer pour diminuer mon temps de circulation, parce que j'estime que si je peux gagner ne serait-ce qu'une demi-heure, cela vaut le coup. 

 

"Nous dépensons environ 20 millions d'euros par an à cause des embouteillages"
— Pierre Durant, directeur général adjoint de la Régie des transports marseillais

  

Les victimes des embouteillages sont aussi les usagers des transports en commun. La vitesse commerciale des autobus devrait ici s’élever à 17km/h, mais elle n’est que de 12 km/h. Ce qui représente une perte de temps, mais aussi d’argent. "Une baisse d'un seul km/h représente une perte de 5 millions d'euros par an, explique Pierre Durant, directeur général adjoint de la Régie des transports marseillais (RTM)*. Cela veut dire que nous dépensons environ 20 millions d'euros par an, uniquement à cause des embouteillages, et de la vitesse commerciale qui n'est pas respectée".

 *

(Le classement 2016 de TomTom des villes les plus embouteillées de France © TomTom)

La Régie des transports marseillais (RTM), qui s’est dotée de son propre service de verbalisation, relevait l’an dernier 25 000 contraventions.