Loi Macron : Transdev prêt à investir le marché autocar

(Les lignes Isilines du transporteur Transdev © RF-Florent Guyotat)

La loi Macron va bientôt être définitivement adoptée. Elle permet notamment libéraliser le transport par autocar entre villes. France Info est monté à bord de la future ligne Isilines.

A l'approche de l'adoption définitive de la loi Macron au Parlement, les sociétés d'autocars sont dans les starting-blocks. La loi Macron prévoit de libéraliser le transport par autocar en favorisant la création de nouvelles lignes de bus longue distance.  Tout cela dans le but de créer une alternative au train, avec des tarifs plus attractifs.

 

Aujourd'hui c'est Transdev, la filiale de Véolia qui a annoncé la création de 17 lignes à travers la France, et ce dès le mois de juillet. Florent Guyotat de France Info est monté à bord de l'un de ces nouveaux bus.

Deux fois moins cher que le train 

A la porte avant de ce bus tout rouge, c'est un chauffeur en chemise blanche et veston, Eric Legrand, qui se charge de l'accueil. "Bienvenue sur notre ligne Paris-Lyon dans un bus qui a une capacité de 50 places avec un espacement des sièges qui permet vraiment un confort pour les jambes ". A bord, "des toilettes, de la climatisation, des écrans pour voir des vidéos et du wi-fi ", précisent les responsable de ces nouvelles lignes baptisées Isilines.

Fidèle à l'esprit de la loi Macron, Laurence Brosetta la patronne de Transdev France mise sur les prix pour concurrencer le train et la SNCF. "En moyenne ", explique-t-elle, "le service par autocar, ce sera la moitié d’un transport par train ". Comptez "entre 15 et 30 euros pour un Paris-Lyon ". "Sur l’ensemble de la France, on s’est fixé d’avoir cinq millions de voyageurs en 2017 ", poursuit-elle. Mais pour voyager moins cher il faut aussi savoir prendre son temps : six heures en autocar pour un aller Paris-Lyon, soit trois fois plus qu'en TGV.

 

Vous êtes à nouveau en ligne