La France, championne d'Europe des aéroports régionaux

FRANCE 3

Il y en aurait 160 répartis sur l'ensemble du territoire. En Bretagne, on en compte neuf dont celui de Lannion dans les Côtes-d'Armor. Il n'est pas rentable, mais les élus et habitants veulent le conserver coûte que coûte.

160. C'est le nombre d'aéroports répartis sur l'ensemble du territoire. Certains aéroports régionaux sont pourtant très loin d'être rentables. C'est le cas de l'aéroport de Lannion. Dans l'avion qui fait la navette entre Paris et cette ville des Côtes-d'Armor, les places vides sont nombreuses. A bord, essentiellement des Franciliens qui se déplacent dans les airs pour leur travail. "C'est très pratique, le trajet est cours. Cela nous permet d'aller rapidement en Bretagne", commente une femme.

Une note salée

Paris-Lannion, c'est 1h15 de vol, et la seule ligne régulière du petit aéroport breton. L'an dernier il n'a accueilli que 31 000 passagers, soit moins de 2 600 par mois. Un aller-retour le matin, un autre le soir, le reste de la journée, l'aéroport est bien vide. Pourtant, il coûte beaucoup d'argent aux collectivités locales qui sont ses propriétaires, près de 3 990 000 euros par an. Une facture lourde que les collectivités locales acceptent de payer. La raison : l'activité économique selon elles. Un petit aéroport à préserver pour les entreprises et les 20 000 entreprises de Lannion. Du côté des habitants, même son de cloche, mais la chambre de commerce et d'industrie, autre financeur de l'aéroport, trouve aujourd'hui la note trop salée et a des arguments à faire valoir : la Bretagne compte huit autres aéroports et une ligne de TGV est prévue pour 2017. Des arguments qui pourraient entraîner la fermeture de l'aéroport de Lannion d'ici deux ans.

Le JT
Les autres sujets du JT
Vous êtes à nouveau en ligne