"Je ne suis jamais partie en vacances" : Tiphaine, contrainte d'arrêter ses études faute de transports

France 3

Les jeunes ruraux, désavantagés par rapport aux citadins ? À Bar-sur-Seine (Aube), Tiphaine a été obligée d'arrêter les études car les horaires de bus n'étaient pas du tout adaptés.

Les origines géographiques et sociales continuent à déterminer l'avenir des jeunes.  60% de la jeunesse vit dans les zones rurales et périphériques, Et pourtant, ils se sentent comme défavorisés par rapport aux citadins. À Bar-sur-Seine (Aube), 16% des jeunes sont sans emploi et sans formation. C'est le cas de Tiphaine, bientôt 19 ans. Elle vient d'arrêter ses études et travaille dans les vignes l'été pour vivre. Elle regrette cette vie qu'elle n'aurait pas choisie. "Je ne suis jamais partie en vacances, je n'ai jamais vu la mer, le sable, quoi que ce soit (...) c'est un cercle vicieux, pas de travail, pas de mobilité", confie-t-elle.

"Les horaires de bus n'étaient pas adaptés"

La première grande ville se trouve à 40 kilomètres. Tiphaine assure que c'est le manque de transport qui l'a forcée à quitter le lycée. "Je prenais le bus à 6h10, et je rentrais le soir à 19h. C'était des grosses journées pour pas énormément de cours (...) les horaires de bus n'étaient pas adaptés donc j'ai préféré arrêter", ajoute-t-elle.

Cet extrait de Pièces à conviction est à retrouver mercredi 20 novembre sur France 3 dès 21h.

Le JT
Les autres sujets du JT
Vous êtes à nouveau en ligne