VIDEO. "Recommencez", lance Mélenchon aux salariés d'Air France

BFM TV / RMC

Le cofondateur du Parti de gauche a appelé les salariés à faire entendre leur colère. 

"Il y a une violence que je condamne, c'est le licenciement de 2 900 personnes." Invité de BFMTV, Jean-Luc Mélenchon a fait part de sa solidarité aux salariés d'Air France, y compris aux cinq d'entre eux dont la garde à vue a été prolongée mardi 13 octobre. Ils ont été interpellés la veille dans le cadre de l'enquête sur les violences survenues lors du Comité central d'entreprise de la compagnie aérienne, lundi 5 octobre. "C'est une honte", a commencé le cofondateur du Parti de gauche. "Qu'est-ce qu'ils ont fait ces gens ?" 

"Ce ne sont pas des voyous"mais des gens qui "défendent leur emploi", a-t-il martelé, dénonçant un "abus" et une "opération de communication" autour de ces arrestations. "Recommencez", a-t-il ajouté à l'intention des salariés de la compagnie aérienne. "Je veux bien aller en prison avec eux. Je veux bien aller à leur place." 

"La chemise, c'est rien"

"Il y a de la violence à Air France : 2 900 licenciements. Voilà. Ça, c'est une violence (...) Je dis aux gens : ne vous laissez pas faire", a enchaîné le député européen.

Revenant sur les images montrant le DRH d'Air France, Xavier Broseta, avec la chemise arrachée, chahuté par les salariés en colère et contraint de fuir en escaladant une barrière, Jean-Luc Mélenchon a poursuivi : "Qu'ils s'estiment heureux : pour l'instant, ce n'est que la chemise (...) La chemise, c'est rien."

Vous êtes à nouveau en ligne