VIDEO. Air France-KLM : " Cela traduit l'état de turbulences que traverse l'Europe", selon Gérard Larcher

RADIO FRANCE

Le président du Sénat, invité jeudi de franceinfo, a dit "soutenir totalement la demande d'explications" formulée par Emmanuel Macron, après la prise de participation surprise des Pays-Bas dans le capital d'Air France-KLM.

"Ce n'est pas une humiliation, attention à ne pas surréagir, mais je crois que ce ne sont pas des méthodes entre deux gouvernements de l'Union européenne", a déclaré Gérard Larcher, jeudi 28 mars sur franceinfo, au lendemain d'une entrée inattendue de l'Etat néerlandais au capital d'Air-France-KLM. 

"Cela traduit de l'état de turbulences que traverse l'Europe, a souligné le président Les Républicains (LR) du Sénat, après Siemens-Alstom, après les interrogations de la maîtrise de la 5G. Et en même temps des choses positives : il y a deux semaines, au niveau du Parlement européen, on se met d’accord sur la préservation  des actifs stratégiques", a-t-il poursuivi.  

Après les explications, "une alliance à préserver"

"Je comprends la demande d'explication du président Macron, a affirmé Gérard Larcher. Le raid était caché. Je soutiens totalement les demandes d'explications du président de la République et le Parlement pourra s'en saisir", a-t-il précisé. Toutefois, le président du Sénat dit "comprendre" le désir "légitime" du gouvernement néerlandais de vouloir entrer "à la même hauteur" que l'État français au capital de la compagnie aérienne, d'autant, ajoute-t-il, que "KLM est aussi la partie qui a partagé l'essentiel des dividendes du groupe".

Cependant, il faut s'attacher, "une fois les explications reçues, à préserver ce qui a été construit entre KLM et Air France". "Rien ne serait pire que de se replier les uns par rapport aux autres, mais rappeler qu'il y a des règles éthiques, déontologiques", a estimé Gérard Larcher. 

Vous êtes à nouveau en ligne