Les pilotes du syndicat majoritaire d'Air France votent le principe d'une grève longue

Un avion Air France à l\'aéroport de Nice (Alpes-Maritimes), le 4 octobre 2015.
Un avion Air France à l'aéroport de Nice (Alpes-Maritimes), le 4 octobre 2015. (MAXPPP)

Le syndicat s'oppose notamment à une baisse de la rémunération des pilotes. Des actions sont prévues en juin, selon le porte-parole du SNPL.

De possibles perturbations dans les airs à prévoir. Les adhérents du syndicat de pilotes SNPL, majoritaire à Air France, ont voté à 68% pour le principe d'une grève de plus de six jours. Ils protestent notamment contre la baisse prochaine de leur rémunération, a indiqué le syndicat, lundi 30 mai.

Le premier syndicat de pilotes (65% des voix) entend "agir en concertation" avec les autres organisations professionnelles avant de déposer éventuellement un préavis, selon son porte-parole. Mais la menace d'une grève dure se fait plus concrète, à moins de deux semaines du début de l'Euro.

La stratégie de la compagnie jugée "pas assez ambitieuse"

"Il y aura forcément des actions en juin", a dit sans plus de précision Emmanuel Mistrali, porte-parole du SNPL Air France, à l'issue d'un référendum interne ayant mobilisé 78% des adhérents. Les statuts du SNPL prévoient de consulter leurs adhérents avant de pouvoir déposer un préavis de grève de plus de 144 heures, soit 6 jours.

Le vote portait notamment sur le projet de la direction d'appliquer certaines mesures de productivité signées en 2012 par le syndicat, mais jamais appliquées en raison d'un litige. Il portait également sur la stratégie de la compagnie, jugée trop peu ambitieuse par le SNPL. Sollicitée, la direction n'a pas fait de commentaire.

La dernière grève du SNPL Air France, en septembre 2014, avait duré deux semaines, un record pour les pilotes de la compagnie. Ces derniers protestaient contre le développement de la filiale low cost Transavia en France et un projet de compagnie à bas coût en Europe.