Les grèves du printemps ont coûté 335 millions d'euros à Air France

Un avion de la compagnie Air France sur le tarmac de l\'aéroport Roissy-Charles de Gaulle, le 30 novembre 2017.
Un avion de la compagnie Air France sur le tarmac de l'aéroport Roissy-Charles de Gaulle, le 30 novembre 2017. (MAXPPP)

La compagnie aérienne a communiqué ce chiffre mercredi matin. Les syndicats et la direction s'affrontent depuis le début de l'année sur la question des hausses des salaires.

Deux semaines qui coûtent cher. Selon des chiffres communiqués mercredi 1er août, Air France évalue à 335 millions d'euros le coût des quinze journées de grève entre février et juin. Et ce n'est peut-être pas fini, car aucun accord n'a encore été trouvé entre la direction de la compagnie et les syndicats sur la question des augmentations de salaires.

L'intersyndicale d'Air France menace même de "reprendre" le conflit en septembre, si aucun accord sur les rémunérations n'est conclu d'ici la rentrée. "Pour ne pas pénaliser nos passagers pendant l'été, le conflit pour les salaires reprendra. Et seul un accord pourra y mettre fin", prévient dans un tract l'intersyndicale de pilotes (SNPL, Spaf, Alter), de personnels au sol (CGT, FO, SUD) et d'hôtesses et stewards (SNPNC, Unsa-PNC, CFTC, SNGAF).

Le conflit a déjà conduit à la démission de Jean-Marc Janaillac au mois de mai. Le désormais ex-PDG avait en effet mis son poste dans la balance à l'occasion d'une consultation du personnel sur une proposition d'accord. Il avait dû partir après le rejet de son plan par les salariés. Son successeur devrait normalement être désigné à la rentrée.

Vous êtes à nouveau en ligne