Air France : un délégué syndical échappe au licenciement

France 3

Le salarié était considéré comme l'un des meneurs par la compagnie des violences du 5 octobre dernier. Mis à pied depuis trois mois, il va être réintégré.

Dans l'affaire de la chemise déchirée du DRH d'Air France, alors que des salariés ont été licenciés, un délégué syndical a pour sa part échappé à la sanction après une intervention de l'inspection du travail. Cette dernière lui stipule, dans une lettre datée du 20 janvier, que son licenciement est refusé. "Je suis en train de revivre un peu, parce que trois mois de mise à pied à la maison à ne rien faire, sans salaire, on pourrait tomber très très bas. C'était une situation difficile à vivre et ce jour-ci, ça m'a fait du bien de lire ce courrier", confie-t-il à France 3.

Pas de preuves ?

Pour Air France, ce salarié était l'un des meneurs lors des violences commises lors d'un Comité central d'entreprise le 5 octobre dernier. Pour l'inspection du travail, l'intention de nuire du délégué CGT n'est pas prouvée. Lui, reconnait avoir poussé un vigile dans la bousculade, un geste qu'il dit regretter. La direction d'Air France n'a pas commenté cette décision, mais elle a déposé un recours auprès du ministère du Travail. Le délégué syndical reste tout de même sous le coup d'une procédure judiciaire, il sera jugé fin mai par le tribunal de Bobigny.

Le JT
Les autres sujets du JT
Vous êtes à nouveau en ligne