Air France : les syndicats appellent à une nouvelle grève le 23 mars pour de meilleurs salaires

Un employé d\'Air France s\'adresse à ses collègues dans un terminal de l\'aéroport de Roissy-Charles de Gaulle (Val d\'Oise), le 22 février 2018, lors d\'une grève des employés de la compagnie.
Un employé d'Air France s'adresse à ses collègues dans un terminal de l'aéroport de Roissy-Charles de Gaulle (Val d'Oise), le 22 février 2018, lors d'une grève des employés de la compagnie. (PHILIPPE LOPEZ / AFP)

Ils avaient déjà fait grève pour les même motifs le 22 février, contraignant la compagnie à annuler un quart de ses vols, dont la moitié des long-courriers.

Dix syndicats d'Air France appellent, mardi 6 mars, à une nouvelle journée de grève le 23 mars, pour réclamer de meilleurs salaires. Cet appel réunit aussi bien des organisations de pilotes, d'hôtesses et stewards et de personnels au sol. La grève aura lieu un mois après la précédente, qui avait conduit la compagnie à annuler un quart des vols.

Les syndicats se réuniront le 15 mars pour éventuellement "durcir le mouvement", précisent FO et SUD. La veille, le SNPL, majoritaire chez les pilotes d'Air France, mettra un terme à la consultation des pilotes pour "recourir, au besoin, à un ou plusieurs arrêts de travail" pouvant dépasser six jours.

Ils demandent une augmentation de 6%

Le 22 février, lors d'une première journée de grève, la direction d'Air France avait estimé à 28% le taux de grévistes. La compagnie avait dû annuler 25% de ses vols, dont notamment 50% des long-courriers au départ de Paris. Il s'agissait de la première grève inter-catégorielle "depuis 1993" à Air France, selon FO.

Les syndicats d'Air France demandent une augmentation générale des salaires de 6%, quand la direction propose 1%. Ils estiment mériter leur "part du gâteau" des bénéfices réalisés par la compagnie, alors que "pendant des années, la direction a bloqué nos salaires à cause de la crise", expliquait un délégué de FO en février.