Air France : le procès ouvert et reporté en septembre

FRANCE 2

Le procès de la "chemise arrachée" s'est ouvert ce 27 mai à Bobigny (Seine-Saint-Denis), en présence massive de la CGT.

Ils sont 15 prévenus dans la salle, salariés ou ex-salariés d'Air France et adhérents à la CGT, poursuivis pour violences et dégradations lors du comité central d'entreprise du 5 octobre dernier. De l'autre côté de la pièce se trouvent les deux cadres qui ont été pris à partie par des manifestants, suite à l'annonce d'un plan de restructuration. À Bobigny (Seine-Saint-Denis) la justice doit déterminer si les hommes interpellés sont bien les agresseurs, dans ce procès dit de la "chemise arrachée".

La direction sereine

Pour la CGT, ce n'est pas le cas. Alors le syndicat est venu en masse devant le palais de justice pour un rassemblement de soutien. "Le procès est injuste parce qu'on a pris des salariés au hasard. Ce sont des boucs émissaires, le dossier est complètement vide", affirme Miguel Fortea, délégué CGT Air France. Du côté de la direction, on attend ce procès avec sérénité et impatience. Mais juger 15 personnes et entendre un grand nombre de témoins en une journée n'était pas possible, alors la procédure est repoussée aux 27 et 28 septembre prochain.
 

Le JT
Les autres sujets du JT
Vous êtes à nouveau en ligne