Air France : le PDG menace les pilotes de créer une nouvelle compagnie

Le PDG d\'Air France, Alexandre de Juniac, le 28 septembre 2014, à Paris.
Le PDG d'Air France, Alexandre de Juniac, le 28 septembre 2014, à Paris. (DOMINIQUE FAGET / AFP)

Si les pilotes refusent de signer l'accord avec la direction, Alexandre de Juniac menace de créer une compagnie sœur de Transavia.

Le PDG d'Air France/KLM perd patience avec les pilotes de sa compagnie. Dans un entretien au Journal du dimanche du 12 octobre, Alexandre de Juniac les menace de créer "une compagnie soeur de Transavia" si ces derniers refusent de signer l'accord avec la direction.

Après la grève, il dit vouloir "tourner la page et avancer". Mais, dans le cas où les pilotes refuseraient de signer les propositions de la direction, "nous créerons une compagnie soeur de Transavia, Transavia Développement, en France, pour nous développer dans l'activité à petits prix, avec les nouveaux avions qui arrivent dans les mois qui viennent", déclare-t-il. "Mais que les pilotes signent serait plus simple et plus logique".

Un an de perdu

Selon lui, le marché du lowcost est "le seul marché en croissance" du secteur de l'aviation. "En Europe, le lowcost représente aujourd'hui près de 50% du trafic. Sur le segment des prix bas avec un service de qualité, Transavia peut devenir un des grands d'Europe", affirme-t-il.

Il revient aussi sur le coût financier du conflit social particulièrement dur qui a duré 14 jours. Le PDG estime qu'il a coûté 500 millions d'euros : "La grève nous a coûté 20 millions d'euros pas jour, auxquels s'ajoutent des dédommagements, les achats de billets parfois au prix fort auprès d'autres compagnies pour acheminer nos passagers ainsi que l'impact sur les réservations des semaines à venir". Pour lui, "cette grève nous a fait perdre un an. Air France aurait dû être dans le vert cette année".

Vous êtes à nouveau en ligne