Aigle Azur : l'offre de reprise commune d'Air France et du groupe Dubreuil est "une lueur d'espoir" pour la CDFT

Des salariés de la compagnie Aigle Azur, devant le ministère des Transports à Paris, le 9 septembre 2019.
Des salariés de la compagnie Aigle Azur, devant le ministère des Transports à Paris, le 9 septembre 2019. (STEPHANE DE SAKUTIN / AFP)

L'offre portée par le groupe Air France et le groupe Dubreuil pour reprendre la compagnie Aigle Azur est "la seule et unique option". "Il n'y a pas d'autres offres sérieuses", estime le secrétaire général de la CFDT pour le transport aérien.

"Nous sommes plutôt [favorables] sur l'offre cumulée du groupe Air France et du groupe Dubreuil", a déclaré Raphaël Caccia, secrétaire général de la CFDT pour le transport aérien, alors que la compagnie Aigle Azur a été placée lundi 16 septembre en liquidation judiciaire avec poursuite d'activité jusqu'au 27 septembre.

"On a 48 heures pour aboutir à un accord de performance collective, pour convaincre les entreprises de se mettre autour de la table et de négocier les conditions de reprises, a expliqué Raphaël Caccia, s'il faut négocier pendant 48 heures, on négociera pendant 48 heures pour trouver un avenir aux salariés".

"Les salariés sont angoissés, inquiets, mais il y a quand même une lueur d'espoir. Cette lueur d'espoir, c'est Air France et le groupe Dubreuil. C'est la seule et unique solution", a-t-il estimé. "Cette offre cumulée permettrait de reprendre davantage de salariés, et notamment le personnel au sol. Dans les offres présentées par les deux groupes, il y a quand même un nombre significatif qui serait repris. Il n'y a pas d'autres offres de reprises sérieuses sur la table à l'heure où je vous parle", a conclu le secrétaire général de la CFDT pour le transport aérien.

Vous êtes à nouveau en ligne