Violences policières : les réponses judiciaires

Depuis plusieurs mois, des violences policières ont émaillé les manifestations des "gilets jaunes" ou contre la réforme des retraites. Des sanctions ont été prises notamment contre les manifestants.

Selon des chiffres communiqués par le ministère de l'Intérieur, 336 enquêtes judiciaires sont en cours, rappelle Marion Mercier, journaliste à franceinfo. Elles sont menées soit par l'IGPN soit par l'IGGN, des enquêtes sur des violences policières présumées pendant la mobilisation des "gilets jaunes". "En réalité, le chiffe est bien plus important que ça puisqu'une nouvelle a encore été ouverte, ainsi que trois autres le 9 janvier lors d'une manifestation contre la réforme des retraites avec un tir de LBD notamment", précise Marion Mercier.

3 200 condamnations

"Ce qui frappe, c'est le nombre de condamnations visant des policiers, ajoute-t-elle. Il y en a eu deux : le premier, un CRS avait été filmé le 1er mai dernier lançant un pavé vers des manifestants, il a été condamné à deux mois de prison avec sursis ; l'autre avait giflé un manifestant le même jour, a écopé de quatre mois de prison avec sursis", ajoute la journaliste. Pendant un an de mobilisation des "gilets jaunes", il y a eu 3 200 condamnations, dont 1 200 avec de la condamnation avec sursis et 400 avec de la prison ferme. Mais des procès continuent de se tenir, comme celui des incendiaires de l'annexe de la préfecture du Puy-en-Velay (Haute-Loire).

Le JT
Les autres sujets du JT
Vous êtes à nouveau en ligne