Violences policières en marge des "gilets jaunes" : deux policiers renvoyés au tribunal

FRANCE 2

Les violences policières présumées en marge des manifestations des "gilets jaunes" avaient provoqué de vives polémiques. L'IGPN avait été saisie de 212 enquêtes. Pour la première fois, deux policiers sont renvoyés en correctionnelle.

La vidéo avait fait le tour des réseaux sociaux. On y voit un manifestant giflé par un policier à Paris. Le même jour, un autre policier jette un pavé vers la foule. Les deux fonctionnaires sont renvoyés devant le tribunal correctionnel pour violences volontaires par personne dépositaire de l'autorité publique. En marge du mouvement des "gilets jaunes" à Paris, 212 enquêtes ont été confiées à l'IGPN, la police des polices. Parmi celles qui sont clôturées, 72 sont en cours d'analyse par le parquet, 54 autres ont été classées sans suite faute de preuves suffisantes.

Ouverture de 313 enquêtes dans le pays

"Il faudrait que la justice se penche plus sérieusement sur l'ensemble des dossiers pour que tous ceux qui pu être mutilés, blessés ou victimes de violences policières puissent avoir un dédommagement au niveau de la justice", explique une figure des "gilets jaunes", Jérôme Rodrigues. Pour le syndicat Unité SGP Police, il n'y a pas de traitement de faveur. Selon le ministère de l'Intérieur, 313 enquêtes judiciaires ont été ouvertes par l'IGPN pour des violences policières présumées sur l'ensemble du territoire.

Le JT
Les autres sujets du JT
Vous êtes à nouveau en ligne