Violences en marge des manifestations de "gilets jaunes" : "Tous ceux qui étaient là se sont rendus complices " déclare Emmanuel Macron

Emmanuel Macron lors de son arrivée à la cellule de crise du ministère de l\'Intérieur à Paris, le 16 mars 2019.
Emmanuel Macron lors de son arrivée à la cellule de crise du ministère de l'Intérieur à Paris, le 16 mars 2019. (CHRISTOPHE PETIT TESSON / POOL / EPA POOL)

Le président de la République a pris brièvement la parole samedi soir après les violences survenues lors de la manifestation des "gilets jaunes". Il a promis des "décisions fortes pour que cela n'arrive plus".

Emmanuel Macron a brièvement pris la parole samedi 16 mars, depuis la cellule de crise de l'Elysée, après une nouvelle journée de violences en marge des manifestations de "gilets jaunes" à Paris. "Tous ceux qui étaient là se sont rendus complices de cela", a déclaré le Président de la République, qui souhaite prendre "dans les meilleurs délais, des décisions fortes, complémentaires, pour que cela n'advienne plus".

"Ce sont des gens qui veulent détruire la République, et tous ceux qui étaient là se sont rendus complices de cela. Je crois que nous devons maintenant en tirer toutes les conséquences et le comprendre collectivement, et prendre des décisions claires, fermes, pour que ça ne se reproduise plus", a déclaré Emmanuel Macron.

"Des décisions fortes" dans les meilleurs délais

"La difficulté dans laquelle nous sommes, nous la connaissons : nous avons un cadre, nous sommes attachés au droit constitutionnel. Mais nous avons aujourd'hui des gens qui essaient par tous les moyens de détourner cela, simplement pour abîmer la République, pour casser, pour détruire, au risque parfois de tuer, on l'a encore vu avec l'incendie de ce matin", avance également le chef de l'Etat.

"Beaucoup de choses ont été faites depuis novembre, mais très clairement la journée d'aujourd'hui montre que sur ce sujet-là, et pour ces cas-là, nous n'y sommes pas. Je veux qu'on analyse très précisément les choses et qu'on puisse prendre, dans les meilleurs délais, des décisions fortes, complémentaires, pour que cela n'advienne plus", envisage le Président.

Vous êtes à nouveau en ligne